Billet de blog 20 mai 2008

Entre Séisme et ouverture

Jordan Pouille
Journaliste reporter
Pigiste Mediapart

Avec le tremblement de terre, l'information en continu ne s'est jamais si bien portée en Chine: c'est le constat que dresse un professeur de l'université de Shantou, dans une tribune au Washington Post. Nous sommes loin de 2005 lorsqu'une usine de produits chimiques de Harbin avait provoqué, dans l'ignorance générale, une catastrophe écologique. Les 5 millions d'habitants étaient tenus de ne pas boire l'eau du robinet mais personne ne leur expliquait pourquoi, les médias locaux étant sommés de ne pas évoquer l'explosion d'une usine en amont. Les premières informations se sont propagées sur Internet et les médias, tous sous contrôle du gouvernement, ont fini par sortir l'histoire. L'épidémie du SARS avait elle-aussi été fortement sous-couverte, jusqu'à ce que l'OMS demande au président Hu Jintao d'alerter sa population.

Quand le tremblement de terre a eu lieu, l'information est tombée instantanément. Le premier ministre s'est rendu très vite sur les lieux, avec son escorte de caméras et de photographes. Pourquoi la Chine a-t-elle décidé d'offrir au monde une vision de l'intérieur de cette tragédie? Plus important encore, pourquoi a-t-on donné aux Chinois autant de détails sur cette tragédie?

BBC, AFP, Reuters, AP et de nombreux journalistes étrangers étaient sur les lieux et n'ont vraisemblablement pas été empêchés de rendre compte de la réalité. Souvenons nous bien de Melissa Chan, cette journaliste d'Al Jazeera qui a pu se rendre au coeur du foyer, dans les villages abandonnés, après quelques négociations avec les policiers locaux.

Le pays a su sortir son épingle du jeu en acceptant (à dose homéopathique) l'aide étrangère quand la Birmanie garde toujours sa porte fermée à double-tour.

Dépassé par les vidéos et les témoignages de chinois pleuvant en permanence et de toute part sur Internet, les médias ont joué le jeu de l'information en continu, rendant presque impossible le contrôle de l'Etat... sauf peut-être à l'occasion du deuil national de trois jours qui s'apparente à une reprise en main des médias, tenus d'observer des consignes claires de sobriété.

Quoiqu'il en soit, le scandale des écoles mal construites a très vite emmergé dans la presse (à ce titre, l'AFP parlait bizarrement de 7000 écoles effondrées tandis qu'AP parlait de 7000 classes... si un école dispose raisonnablement d'un minimum de 100 élèves, nous aurions eu 700 000 élèves enselevis dans la mesure où le tremblement de terre est survenu en pleine journée). Des histoires individuelles on été mises en avant, rendant ces victimes moins anodines à tel point qu'un deuil national de 3 jours à leur attention a été décrété; une première sachant qu'un tel hommage était jusqu'à présent rendu exclusivement à des personnalités du parti.

La culture serait-elle sur le point de changer? Attacherait-on, en Chine, plus d'importance à l'individualité comme c'est le cas en Occident?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d'informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo