Edito de Mediapart - 2023

 

Appel contre la Haine - Pour l'Honneur et la Fraternité par Maurice Sisso et Edwy Plenel

24 décembre 2023, à Saint Louis pour Mediapart.

De grandes manifestations avec comme mot d'ordre : "Dehors les Rads", des émeutes meurtrières qui rien qu'à Saint Louis aboutissent à la mort d'un irradié en fauteuil roulant, qui n'a pu s'échapper à temps de son baraquement, se répandent.

En cette veille de Noël, nous ne reconnaissons plus notre patrie, d'adoption pour Edwy, naguère si calme et si tolérante.

Ce climat de cendres annonce de sombres jours, si nous n'y prenons garde, pour notre pays et ses voisins gambien et ivoirien.

Il est temps de réagir, et que le président Wade, qui a beau être un fantoche maintenu par le pouvoir chinois, intervienne. Qu'enfin il soit fait quelque chose pour éteindre ce feu qui couve et va embraser toutes nos villes prospères.

C'est cette folie qu'il importe de conjurer d'urgence, en convoquant la raison contre la peur, et la fraternité contre la haine.

Les Sénégalais de longue date restent pétrifiés devant de tels agissements, totalement indignes, et s'interrogent : Comment leurs amis si précieux, ces personnes qui ont été accueillies parmi eux il y a peu de temps peuvent-ils en venir à de telles extrémités ?

Comment les flammes de la haine ont-elles pu s'allumer ainsi et embraser nos villes autrefois si paisibles ?

"Au dire de Freud, un peu de différence mène au racisme. Mais beaucoup de différence en éloigne irrémédiablement" disait Barthes. Nous voyons aujourd'hui que leurs dires se vérifient.

Ainsi donc, ce pogrom répugnant a poussé dans les rues de Cap Skiring ces ex-Français en guenilles, furieux, des facilités que le gouvernement sénégalais veut accorder aux irradiés de classe IV, d'autres ex-Français bien plus à plaindre qu'eux. L'avantage que constitue l'accès automatique à la nationalité sénégalaise, avec tous les avantages qui en résultent, a hérissé tous ceux qui, ayant subi de terribles radiations suite aux explosions jumelles des centrales de Fessenheim et Chinon, elles-mêmes précédées de séismes ravageurs, se savent condamnés à terme, sans avoir encore développé les cancers des Irradiés. Mais effectivement, quand eux seront atteints, les portes de la nationalité ne s'ouvriront-ils pas aussi facilement. Et restera-t-il des reliquats des sommes colossales et insuffisantes qu'a versé le gouvernement français  à l'état sénégalais  avant sa fuite aux Bahamas  ?

Terrible manque d'anticipation et terrible aveuglement. L'histoire se répète dix ans plus tard, dans ces terres d'exil,  si chaudes, si douces et si accueillantes, et dont nous faisons un enfer, indifférents au spectacle lamentable que nous offrons aux Sénégalais et Sénégalaises, ce peuple qui fut le seul au monde à accepter de nous prendre chez eux, ne craignant pas de nous accueillir avec les miasmes de mort que nous apportons avec nous, ainsi que les frais médicaux qui ne manqueront pas de s'ensuivre, plombant irrémédiablement leur système de santé.

Pendant que nous nous laissons aller à ces agissements d'un autre âge, les ex-Allemands, en Grèce, se tiennent et ne partent pas à l'assaut des rues pour s'entretuer par centaines les uns les autres.

Allons, il faut que cela cesse. Retrouvons nos marques. N'ajoutons pas la tragédie des disputes mortiféres à la tragédie.de la stérilisation de notre vieille patrie et ex-colonie. Séchons les larmes de nos femmes et de nos enfants.  Avançons !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.