Billet de blog 12 oct. 2019

Une Vie de Femme

Devenir une femme grâce à sa seule Mère

Nicole Kretchmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour,
oui, être rédactrice, ce serait merveilleux.
Mais, mon "Mais" est d'importance, car mes deux parents étaient de l'Assistance Publique. Malgré cela, ma Maman (et mon Papa) m'ont permis de devenir une femme, et contente de l'être !
Je viens d'entamer ma 82ème année en donnant une conférence que j'appelle"Rencontre partage" sur le respect dû au Vivant -Végétal, Animal, Humain. Après plusieurs métiers - professeur auxiliaire en dessin d'art (11 ans) - artisane en crochet, tricot, peinture décorative (ce que je continue) avec 6 boutiques de prêt-à-porter, car en 1968, l'artisanat féminin n'avait pas la côte - 2 hôtels, 3 restaurants, dont le dernier à Cannes, vendu en 2002 : le Chef qui était mon fils, est mort la nuit de ses 40 ans, le 22 novembre 2002.
Il m'avait dit, en contemplant son magnifique buffet de 25 à 30 plats - buffet végétarien/lien : "je n'ai pas le courage de tuer les animaux, je ne me sens plus le droit de les utiliser. Je deviens un chef végétarien".
Pour ma plus grande joie, car après avoir dit NON à la dialyse (je n'ai qu'un rein et préférais mourir), j'ai rencontré un guérisseur, magnétiseur, naturopathe qui m'a dit "Changez votre alimentation et vous changerez de vie". C'est ce que j'ai fait car Maman avait été un exemple de foi et de ténacité fantastique. Grâce à elle qui m'avait appris à voir la beauté en tout, qui me l'avait appris en m'apprenant les travaux d'aiguilles, j'ai réussi à écrire 6 livres, dont le dernier est offert en téléchargement gratuit sur mon site "chante-la-vie.fr".
Maman, du haut de ses 87/88 ans m'a dit : "Ma fille, tu es devenue insupportable", car je n'avais plus rien en commun avec la fille qu'elle connaissait. Elle m'avait appris l'art de bien s'habiller en choisissant de belles couleurs, mais, mais, plus comme l'aurait voulu !
A travers elle, j'avais renoué sans le vouloir avec sa mère qui était de Bucarest… C'est tout ce que je sais sur ma lignée ! De mon Père, seulement que ses parents étaient fourreurs à Paris, partis acheter de la fourrure en Russie et qui n'en sont jamais revenus.
Beaucoup de Roumains sont des Manouches et mes grandes jupes longues, mes tresses me montrent que moi aussi, je suis une Bohémienne, une Manouche, une Gitane : je vis en appartements meublés depuis peut-être 30 ans !!! Des Gitans rencontrés m'ont confié "Dieu ne nous a pas donné de terres, mais il nous a donnés la musique". Et à 82 ans, je danse en faisant virevolter mes grandes jupes, sans avoir jamais appris !!
Je n'ai jamais vu ma Mère se coucher quand elle n'allait pas bien. Je fais de même afin de tourner le dos à la maladie. Maman ne le disait pas mais elle répétait un dicton fabuleux "Un mal pour un Bien".
Grâce à cette Mère qui n'avait pas eu l'exemple ni l'Amour d'une Mère, je suis devenue une femme, une mère, une grand-mère dont le cœur s'est ouvert à l’Amour pour toutes les formes de Vie : Végétales, Animales, Humaines et qui vit en cohérence puisque végétarienne, végétalienne, vegan.
Grâce à cette Mère si généreuse, je me ressens comme une Femme de la Terre et de l’Univers.
Peu importe la lignée, on est toutes sœurs et … frères sur cette Terre, femme au plus profond de notre cœur et de notre âme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP