Billet de blog 6 sept. 2011

De la possibilité d’une démocratie économique

Bertrand.Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui, le champ économique est l’un des épicentres du pouvoir mais il reste exempt de contrôle démocratique.

«La France dirigeante [politique et économique] a peur de ses citoyens» et pense la régulation par la seule confrontation binaire de l’Etat et du marché. Excluant le citoyen de la participation et ne le réduisant qu’au rôle d’usager ou de consommateur, elle ignore le vecteur d’intérêt général que représente la société civile organisée, porteur d’une vitalité, d’un optimisme réaliste qui semble avoir échappé aux acteurs politiques.

Ils sont nombreux, les citoyens en désaccord avec la vision d’un monde ou réussir se confond avec une montre Rolex à 50 ans, qui cherchent à construire des alternatives, à vouloir articuler valeurs et pratiques de solidarité, de liberté, de responsabilité, de coopération.

Les auteurs sont les promoteurs d’un individualisme humaniste. Celui qui rejette l’individualisme capitaliste réduisant l’individu à un stricte homo compititus. Un individualisme qui s’ancre dans le collectif et la solidarité. Un collectif, un «nous» qui ne se construit pas dans la simple superposition des «je» mais dans la construction d’un « libre-ensemble« , dans la liberté, l’initiative et la réussite individuelles en solidarité avec le collectif. Des mots, de beaux mots : un exemple – concret : Les CAE. Dans les Coopératives d’Activités et d’Emplois, des entrepreneurs individuels se regroupent au sein d’une même entité juridique. Sécurité sociale, mutualisation des outils comptables, coopération et accompagnement professionnel d’un côté, projet d’entreprise individuel et maîtrise de son travail et de son salaire de l’autre.

Promouvoir la diversité des régulations économiques.

Dans les débats les plus simples et pourtant les plus partagés, imposés par «le bulldozer [politique et culturel] néolibéral des Trente Odieuses (1980-2010)», l’économie de marché s’est vue réduite à un capitalisme qui ne confère le pouvoir exclusif qu’aux seuls détenteurs de capitaux et où l’accumulation du capital est l’objectif premier.

S’il ne faut pas se résoudre à la stigmatisation de la finance et à la diabolisation de l’actionnaire qui sont des leviers nécessaires à notre développement, il faut questionner leurs pratiques et les enjoindre, les contraindre de suivre les rails utiles aux entreprises et à la collectivités. Plus, il faut crever cette représentation monolithique de l’économie et de l’entreprise – source qu’elle est de déséquilibres structurels – et valoriser la pluralité des formes d’organisations, surtout celles qui (en plus de la stabilité et de la viabilité économique) sont garantes des valeurs fondatrices du lien social.

En plus de l’entrepreneuriat par action, c’est simple, il en existe trois. La première c’est l’économie sociale [et solidaire*]. Une société de personnes – et non de capital – qui produit et vend sur le marché un bien ou un service en réponse à un besoin social. Elle crée des bénéfices et des excédents bien sûr. Mais plutôt que de les orienter vers l’actionnaire, après avoir équitablement rémunéré ses salariés elles réinvestit dans sa structure ou constitue une épargne d’entreprise qui permet de prévenir les risques d’une faible croissance. Et pour s’assurer de cela, les salariés ont voix au chapitre : la gouvernance de l’entreprise répond au principe un individu une voix. C’est la démocratie dans l’entreprise.

Nouvellement sont apparus deux autres courants qui remettent en cause la suprématie de l’actionnaire : celui de la RSE (Responsabilité sociale des entreprises) et plus récemment encore, celui de l’entrepreneuriat social. Le premier enjoint l’entreprise à rendre compte de la qualité des relations qu’elle noue avec l’ensemble de ses partenaires, de ses fournisseurs jusqu’à ses consommateurs. Mais s’il élargit le spectre au-delà du seul intérêt du rendement financier, les actionnaires maîtrisent toujours le pouvoir au sein de l’entreprise et il est parfois un écart conséquent entre les discours et les actes. Le second, lui, aspire à vouloir répondre à des enjeux, des besoins d’intérêt général en acceptant la rémunération du capital – cependant limitée – et en encadrant aussi [mais comment?] l’échelle des salaires.

A des degrés divers et non sans difficultés de faire correspondre les valeurs à la pratique, ces trois modes d’entreprendre développent des projets économiques dans un équilibre entre rentabilité et utilité sociale. Dans la proposition et la mise en oeuvre concrète d’une multitude de projets d’entreprise, les entrepreneurs sociaux témoignent d’une résistance à la financiarisation de l’économie et travaillent à ce qu’elle soit soutenable et équitable. En dépit des dogmes qui se sont imposés comme naturels et indépassables, les entrepreneurs sociaux, comme le disait Mark Twain, «ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.» Au quotidien, ils favorisent la démocratisation de l’économie et font des hommes un but et non un moyen.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné