Billet de blog 8 juil. 2011

Contre-révolution conservatrice et socialisme d’accompagnement

Suite de la présentation du Livre de Jacques Sapir, directeur d'études à l'EHESS, "La Démondialisation".Si les entreprises devenues multinationales à la recherche de profits toujours plus conséquents ont cherché à jouer des conditions de production plus avantageuses dans la délocalisation de leur activités, les classes dirigeantes ont témoigné de complicité dans la volonté de casser la pression sur les profits de la part des salariés et des mouvements sociaux issus de la fin des années 1960 (p68). On constatera l’ouverture des économies européennes vers les pays d’Afrique du Nord.

Bertrand.Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite de la présentation du Livre de Jacques Sapir, directeur d'études à l'EHESS, "La Démondialisation".

Si les entreprises devenues multinationales à la recherche de profits toujours plus conséquents ont cherché à jouer des conditions de production plus avantageuses dans la délocalisation de leur activités, les classes dirigeantes ont témoigné de complicité dans la volonté de casser la pression sur les profits de la part des salariés et des mouvements sociaux issus de la fin des années 1960 (p68). On constatera l’ouverture des économies européennes vers les pays d’Afrique du Nord. On constatera l’élargissement rapide du marché européen vers les pays à bas coûts de l’est. De fait, la pression sur les salaires s’est exprimée par la prétendue contrainte extérieurepourtant instituée et mise en place par le politique (p.70). C’est ce qu’on appelle une contre-révolution sociale, conservatrice. En clair, une pression organisée sur les salaires.

Et si les gouvernements conservateurs de droite ont participé à cette (dé)construction, le socialisme d’accompagnement n’est pas en reste. Ainsi, cette contre-révolution s’est opérée en France en trois étapes majeures : 1) dès 1982-1983, sous le septennat de F. Mitterrand, le ministre de l’économie et des finances d’alors, Jacques Delors, imposa un «Mai 68 à l’envers» qui fit «entrer, et pour longtemps, la France dans une zone de basse croissance» à la différence des années post-68 (p.84). 2) Pendant la cohabitation, Alain Madelin, plutôt qu’une politique de relance nécessaire face au chômage, a mis en place une politique du «Franc fort» répondant aux conditions fixées pour entrer dans la zone euro. Elle sera cependant responsable d’une hausse de prêt d’un million du nombre de chômeurs. (p.85) 3) A partir de 1997, Présidence de droite avec J. Chirac et Gouvernement Socialiste avec Jospin, s’ouvre une période pendant laquelle s’impose une pression structurelle des produits à bas coût sur le salariat français. Elle engendrera en plus des conséquences sociales délétères comme la montée des trafics et des violences urbaines, comme la multiplication des problèmes sanitaires impactant fortement la croissance des dépenses d’assurance maladie.

Aujourd’hui encore, le Parti Socialiste influencé par son aile droite «ne remet nullement en cause le libre-échange ou la politique de la zone euro.» Et pourtant, les leviers économiques hérités condamnent toute politiques centrée exclusivement sur le social. «Très clairement, la politique de dérégulation [pour]suivie par le gouvernement de Nicolas Sarkozy ou les promesses d’une "Société ducare" de Martine Aubry aboutissent à des impasses.» (p.108-109)

Préliminaires

Globalisation un monde de mensonges

Néolibéralisme, la fuite en avant.

Contre-révolution conservatrice et socialisme d’accompagnement

L’injustice sociale comme conséquence inhérente de la mondialisation.

Pays du Sud et populations flouées.

Réalisme, pragmatisme et volontarisme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin