La démondialisation inquiète les partisans d'un libéralisme aux abois

Aquilino Morelle, Professeur associé à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, Directeur de la campagne d'Arnaud Montebourg. Le Monde Dialogues, jeudi 8 septembre 2011, p. 20

 

La " démondialisation " est au coeur de la primaire de la gauche et sera au centre de la prochaine élection présidentielle. La convergence et la virulence des attaques dont ce projet politique fait l'objet, en particulier des déclarations critiques publiées au cours de l'été dans ces colonnes par Zaki Laïdi, Pascal Lamy et Pierre Lellouche, sont un indice de l'inquiétude qu'il suscite chez les tenants du libéralisme.
Leur thèse est connue : la mondialisation serait un phénomène inéluctable, parce que provoquée par des mutations technologiques irréversibles - " le porte-conteneurs et Internet ", selon Pascal Lamy. De surcroît, l'économie mondiale aurait atteint un tel degré d'intrication que les notions d'exportation et d'importation en seraient devenues caduques. Considérée comme l'horizon indépassable de l'humanité, la mondialisation impliquerait " l'adaptation " des économies et des sociétés nationales. Seule la " régulation " permettrait de " maîtriser " ses " excès ".
Quant aux millions de femmes et d'hommes que la mondialisation désespère - chômeurs au Nord, esclaves au Sud et à l'Est -, ils n'auraient qu'à prendre leur mal en patience, ses bienfaits supposés devant se faire sentir " à long terme ". Sacralisée à l'instar d'une loi de la nature, la mondialisation s'imposerait donc aux hommes. Proposer un autre modèle de développement déclenche aussitôt une classique entreprise de disqualification : la démondialisation serait une " absurdité " (Zaki Laïdi), une " illusion démagogique ", " une fable " (Pierre Lellouche), un " concept réactionnaire " (Pascal Lamy).
Bref, un véritable péché de l'esprit car, pour ses zélateurs, la mondialisation est une visée à la fois téléologique et théologique. Alors rappelons à ces esprits religieux que la loi de la gravitation n'a pas empêché les hommes de construire des avions ni les avions de voler. Les seules lois qui s'imposent à l'homme sont celles de sa raison et de sa volonté. Ce qui a été fait par des hommes peut être corrigé par d'autres hommes.
Surtout, si elle tire une part de sa force de données techniques, la mondialisation est avant tout un projet idéologique pensé, voulu et mis en oeuvre avec opiniâtreté par des intellectuels et des responsables politiques, de gauche qui plus est. Le rôle central d'une certaine élite de la gauche française, incarnée par Jacques Delors, Pascal Lamy et Michel Camdessus, dans la conception et la promotion de la mondialisation, a été décortiqué par Rawi Abdelal, professeur à la Harvard Business School, dans Capital Rules : The Construction of Global Finance, (Harvard University Press, 2007). Un livre qu'il serait de salubrité publique de traduire enfin en français et de faire lire au plus grand nombre...
Pénétrés de la supériorité du libre-échange, ces hommes se sont toujours considérés comme des progressistes en lutte contre les conservateurs du " vieux socialisme " dirigiste; ils persistent dans cette vision des choses : c'est ce qui donne son sens au mot " réactionnaire " dans la bouche de Pascal Lamy. Pour eux, en 1983, le choc de la " contrainte extérieure " (c'est ainsi que l'on désignait alors la mondialisation) a été un événement providentiel, l'occasion de faire valoir leurs conceptions en jouant du traumatisme politique qu'a représenté sur le moment cette " fin des illusions ".
Ils ont alors convaincu François Mitterrand de libéraliser la finance. L'année 1983 n'a pas été l'année de la capitulation de la gauche française devant la finance, mais celle de son ralliement à celle-ci ! Un ralliement dont les mots d'ordre auront été " maîtrise " et " régulation ". A partir de 1985, ayant pris la tête de la Commission européenne (MM. Delors et Lamy) et du Fonds monétaire international (M. Camdessus), ils ont diffusé cette politique de libéralisation financière à l'ensemble de la planète. Par leur habileté politique et leur persévérance, ces " socialistes " français ont réussi à établir ce qu'il est convenu d'appeler le " consensus de Paris ".
C'est ce consensus et non celui de Washington, souvent décrié, qui a donné l'impulsion à la libéralisation mondiale des mouvements de capitaux. Ces hommes de gauche français ont ainsi créé un nouveau Moloch libéral, qui a dévoré toute la gauche européenne et ouvert à Tony Blair le chemin de sa " troisième voie ". Voilà ce que nous confirme l'historien américain dans son travail édifiant - quand la recherche universitaire conforte l'analyse politique.
La mondialisation a d'abord été financière : en 1983, Internet n'existait pas et les porte-conteneurs n'encombraient pas les océans. Elle le reste encore alors que les flux financiers commandent l'économie. Voir les financiers et leurs complices invoquer le bonheur des peuples du Sud et de l'Est - c'est le rôle du mythe de " l'énorme classe moyenne chinoise " - pour justifier un système qui sert avant tout à les enrichir est un des spectacles les plus obscènes auxquels il nous a été donné d'assister. C'est " le triomphe de la cupidité " dénoncé par le Prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz. Un triomphe rendu possible non par la démission des hommes politiques de gauche, comme on le croit encore trop souvent, mais par leur consentement !
Financière, la mondialisation, au gré des accords successifs de libre-échange imposés aux peuples à leur insu par cette élite agissante de la gauche libérale, est devenue aussi la mise en concurrence des économies, des salaires, des fiscalités, des protections sociales, des peuples, des hommes, de leurs vies. Quel aveuglement idéologique que d'avoir accepté l'entrée de la Chine au sein de l'OMC en 2001 sans aucune contrepartie ! " Les idées, la connaissance, l'art, l'hospitalité, les voyages : ce sont là des choses qui, par nature, doivent être internationales. Mais produisons les marchandises chez nous chaque fois que c'est possible " : ce sont cette raison et ce sens des réalités humaines soulignés par Keynes que les partisans de la mondialisation ont voulu nous faire perdre. C'est le retour à cette sagesse qui est au coeur du projet de démondialisation.
Pour ses promoteurs, la mondialisation a toujours été un projet idéologique, le rêve d'un monde enfin débarrassé de la politique, où l'Homo oeconomicus aurait supplanté l'Homo sapiens, ce que Jürgen Habermas a résumé par la formule : " La mondialisation, c'est l'effondrement du pouvoir d'achat des bulletins de vote. " Quant à la " mondialisation heureuse ", rarement une mystification aussi cynique aura été tentée.
Ce projet a été démasqué et cette mystification dissipée. Les peuples ont compris la véritable nature de la mondialisation et ils retirent leur confiance aux gouvernements - droite et gauche confondues - qui leur ont imposé chômage et austérité en leur promettant des jours meilleurs.
Cette défiance s'exprime dans les taux d'abstention record, dans la poussée de l'extrême droite, dans la colère des paysans brésiliens sans terre ou celle des ouvriers de Continental Clairoix, licenciés pour motif économique et qui ont reçu en 2010 une proposition de reclassement à Bizerte (Tunisie) pour un salaire mensuel de 260 dinars (soit 133 euros). Les peuples refusent dorénavant d'attendre le " long terme " pour profiter des prétendus bienfaits de la mondialisation, parce qu'ils savent avec Keynes qu'" à long terme, nous serons tous morts "...
Soit nous conduisons une stratégie de protectionnisme raisonné, européen, social et écologique, soit les peuples céderont aux sirènes perverses des droites extrêmes. La démondialisation s'oppose ainsi autant au délire de l'ouverture infinie des marchés détruisant les protections sociales, les industries et les modes de vie, qu'au repli nationaliste et haineux de Marine Le Pen.
Démondialiser, ce n'est pas se retirer du monde, au contraire; c'est vouloir l'habiter dans la solidarité et l'harmonie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.