Billet de blog 17 juil. 2011

Culture : le projet d'Arnaud Montebourg est une alternative pertinente et sérieuse.

Bertrand.Colin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Festivals d’été engagés mise en lumière des enjeux de politiques culturelles les candidats sont sommés de se prononcer, revue des propositions. Réaction à une tribune des candidats à la Primaire Socialiste publiée dans Le Monde.

Pardonnez l’excès de matérialisme, mais la Culture ne saurait être une priorité pour 2012. En faire une serait un cache sexe des maux sociaux qui minent notre communauté. Il ne s’agit pas – très loin de là – de dénier l’utilité sociale de celle-ci, l’opportunité d’épanouissement et de convivialité qu’elle peut être pour l’Homme en société. La priorité doit être économique. Le parti, le candidat qui passerait deux mois à parler de jeux plutôt que de pain, à ne pas insister sur l’accession de la population au second en le faisant rêver aux premiers serait politiquement dans l’erreur. Il n'en reste pas moins qu'il est nécessaire d'en parler et de proposer. Les projets sont porteurs de sens.

Rendu des copies: M Valls: "le cours ne semble pas vous intéresser et cela se ressent". F Hollande et S Royal: "votre réflexion est partielle." M Aubry "Une tentative avortée. Soyez plus audacieuse." A Montebourg : "Vous vous saisissez plutôt bien de l'enjeu culturel dans l'espace politique de la République. Belles propositions. Continuez."

Manuel Valls me semble le plus éloigné. Transfert de la gestion des politiques culturelles vers les collectivités locales. Et comme il avance le poids du déficit public, j’ose croire que ces dernières devront faire plus – elles font déjà – avec autant sinon moins. Les collectivités peuvent en effet «agir au plus près des réalités de terrain.» Mais les enjeux, les intérêts, les modalités d’instrumentalisation de la culture sont divergeant sur le territoire. Et si l’Etat n’a plus les moyens financiers pour créer du supplémentaire, il a ceux de l’encadrement, de l’orientation des objectifs. Et là-dessus pas de proposition. Il s’agit simplement de rassurer le «citoyen-contribuable.» Même dans une période de vache maigre, cette vision de l’Homme-culture m’apparait pauvre.

Deux candidats se rejoignent et font presque la paire. C’est François Hollande et Ségolène Royal. «Vecteur d’émancipation, et de vivre ensemble» – entre autres institutions tout de même – l’éducation artistique serait la priorité pour François Hollande et notamment dans les quartiers populaires. Puisse François Hollande, avant la culture, s’arranger à proposer les mesures garantissant les services publics et l’emploi auprès de ces hommes et de ces femmes dans leur espace d’habitat. Parce que c’est ce qu’ils attendent. Ségolène Royal, propose un outil : «le médiateur culturel» dans les lycées afin de stimuler la participation et la création. D’ailleurs Martine Aubry argue est distribue les moyens : 10.000 emplois d’avenir. Le décompte est lancé, il en reste 290.000. C’est très bien, il faut le faire. Mais pour une politique nationale, ça me semble un peu court.

Enfin, deux autres candidat se rejoignent. C’est Martine Aubry et Arnaud Montebourg. La première aspire à un «Printemps de la culture». C’est une belle formule. Peut-être un peu désuète si on la compare aux Printemps arabe, espagnol, grec. Aux aspirations sociales, politiques et démocratiques qu’ils sous-tendent. Mais enfin, peut être que 2012 sera le Printemps de tous les Printemps…

Proposition phare la «coopérative artistique.» Et celle-ci me séduit parce qu’elle est une institution, une structure qui dans chaque territoire favorise la rencontre des artistes et des habitants. Arnaud Montebourg va plus loin dans la description. Mutualisation des moyens et créations pluridisciplinaires (arts vivants, numériques...) dans «des foyers de vie artistique à échelle humaine». Ceux-ci s'ouvreront aux échanges et aux rencontres autour de la pratique et du projet, de sa définition, des choix en «associant» la population au travail des artistes et conférant ainsi à la culture la possibilité d’assurer le rôle social qui est le sien. Pas seulement dans les quartiers populaires, pas seulement dans les lycées : partout en République.

Le mode coopératif est une petite révolution, une alternative sérieuse à ce qui s’est imposé dans le monde de la culture, de la consommation individualisée et surfacturée au hub cinématographique et capitalistique que sont les Pathé, Gaumont, UGC. Financement ? On prends l’argent là où il est : dans les fonds publicitaires des distributeurs qui diffusent à grands frais (pour le consommateur) la création dont on laissera le lecteur juger la qualité du contenu et la convivialité des espaces de diffusion.

La coopérative d'artistes, en interaction avec les habitant du territoire est une innovation sociale qui favorise un rapport populaire et démocratique à la culture. Je vote pour elle.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE