Brésil, Alfagamabetizado

La chanson « Pandeiro-Deiro » de Carlinhos Brown aurait bien pu servir de bande son à la coupe du monde de football au Brésil. Mais comme l'indique le titre de l'album Alfagamabetizado, avec l'organisation actuelle du football, nous ne sommes pas loin d'ouvrir l'encyclopédie de la bêtise.

Music From Brazil © Mox010
La chanson « Pandeiro-Deiro » de Carlinhos Brown aurait bien pu servir de bande son à la coupe du monde de football au Brésil. Mais comme l'indique le titre de l'album Alfagamabetizado, avec l'organisation actuelle du football, nous ne sommes pas loin d'ouvrir l'encyclopédie de la bêtise. En effet, le football pourrait rendre le plus mauvais service à la nation qui lui a tout donné. Or, le peuple brésilien mérite de voir cette coupe du monde chez lui mais pas à n'importe quel prix!


Aujourd'hui, derrière les enjeux financiers se joue un match historique qui oppose la classe politique et la population brésiliennes. En effet, certains sont convaincus que la victoire de l'équipe du Brésil couvrira tous leurs échecs tandis que d'autres misent sur l'élimination de celle-ci pour régler ses comptes. Ce sera la finale de la coupe du monde entre « L'Asfalto » et « Les Morros », entre la Ville et les Favellas. Un match invisible et sans fin qui se joue depuis bien trop longtemps.


Dans mon Brésil à moi, il y'a des scientifiques de haut niveau dans tous les domaines de la recherche qui s'amusent moyennement de la perception que le Monde a du Brésil. Or, cette population regorge de talents dans tous les domaines et opère une mutation fulgurante tant du point de vue social que technologique. Ce paradoxe touche également l'Art voire même le Sport, car l'histoire du football brésillien s'est vu réduite à un mimétisme social aux frontières d'un littoral siliconé où tout ce qui est ovale semble provoquer un attroupement spontané.


Dans mon Brésil à moi, résonnent la musique de Carlos Jobim, la poésie de João Cabral de Melo Neto et de Caetano Veloso

Mais avançado que a mais avançada das tecnologias

Virá impávido que nem Muhammad Ali

O axé do afoxé, Filhos de Ghandi

Virá um índio preservado em pleno corpo fisico

Dans mon Brésil à moi, il y' a des inventeurs et des créateurs anonymes dont les œuvres parcourent le Monde depuis toujours comme cette chanson (dans la vidéo au début de cet article) de Bernard Lavilliers rebaptisée « Voyageur » et pour laquelle je promets une récompense à celui qui fournira le nom des vrais auteurs-compositeurs.

Dans mon Brésil à moi, il y' a la photographie de Thomas George Farkas, de Jose Dias Herrera et de Gustavo Minas mais il me vient souvent à l'esprit d'imaginer le Brésil à travers les œuvres de Jamie Baldridge de Pawel Kuczynski et de Fan Ho, dans un univers qui nous rappelle que c'est la Photographie qui a donné naissance à la Peinture.


Par ailleurs, nous attendons impatiemment de voir Go Brazil, Go de Spike Lee.

Dans mon Brésil à moi, il existe un océan fait d'arômes et de couleurs qui pigmente le Monde car il existe Le Monde et le Brésil.

By Thierno M. SOW

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.