boizumeau
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Nos regards sur le monde

Suivi par 4 abonnés

Billet de blog 24 juin 2008

Turquie : La guerre des nerfs du gouvernement Erdoğan

boizumeau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis des décennies, la Turquie (et même l’Empire Ottoman), est tiraillée par les oppositions nombreuses et les velléités indépendantistes qui minent le pays.

L’actualité ne vient pour autant rappeler que très rarement la véritable guerre à laquelle le gouvernement Turc fait face depuis des dizaines d’années, au prix de milliers de victimes de chaque coté de la ligne de front.

Cette prise de conscience fut pour moi une véritable révélation suite au visionnage, il y a une dizaine d’année, d’un documentaire réalisé par Paul Moreira de Canal Plus dans le cadre de l’émission « 90 Minutes ». On y voyait des militaires turcs en missions de guerre, arrêtant des Kurdes, membres supposés du PKK - le Parti indépendantiste des Travailleurs du Kurdistan - à la tête d’une violente lutte armée depuis plus de trente ans, donnant lieu à une répression sanglante (et parfois aveugle) de la part du gouvernement central d’Ankara.

Les nombreux touristes qui visitent le pays chaque été, ignorent souvent totalement cet état de fait. Ces derniers préfèrent sans doute fréquenter – ce qui est compréhensible –les plages de sable fin d’une station balnéaire en vogue offrant tout le confort et les infrastructures dignes des plus grandes stations de la Côte d’Azur, plutôt que de se voir confronter aux nombreux check-points tenus par l’armée ou la gendarmerie ainsi qu’aux risques de bombes téléguidées placées sur les routes du sud-est à forte minorité Kurde.

Depuis trente ans, les autorités Turques, largement influencées par l’armée (seul pouvoir, véritable faiseur de Rois capable de coups d’états au nom d’une défense acharnée de la laïcité, héritage d’un Kémalisme encore tout-puissant), mènent une lutte fratricide pour l’unité du pays.

Avec plus de 100 000 hommes mobilisés dans les régions séparatistes et des véhicules blindés à profusion, Ankara tient à montrer ses muscles et sa détermination sans faille à l’encontre de ceux que la terminologie officielle n’hésite pas à qualifier de « terroristes ». Le dernier événement en date, de ce conflit dont on ne perçoit pas l’issue, fut l’incursion en décembre dernier de 500 soldats turcs en territoire irakien, à la recherche de combattants du PKK réfugiés dans leurs nombreuses bases arrière de cette région montagneuse où l’autorité étatique n’existe plus. Cette opération « coup de poing » accompagnée de frappes aériennes a offert à la Turquie la possibilité de réaffirmer son statut de puissance régionale forte, stable et prospère dans une zone où la moindre étincelle pourrait provoquer un gigantesque cataclysme.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar