Billet de blog 4 avr. 2014

Notre-Dame-des-Landes, le MEDEF réclame son aéroport au gouvernement saucialiste

Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Le MEDEF, champion toutes cathégories du hold-up social

Les patrons veulent leur aéroport à NDDL et il le font savoir haut et fort. Dès la fin des municipales, c'est un véritable tir groupé du capital qui se déchaîne pour faire passer en force un projet d'aéroport au nom de «l'état de droit », sacro-saint prétexte de notre kleptocratie ripoublicaine pour nous faire gober les pires couleuvres.

L'organisation patronale, le MEDEF est depuis peu sous la coupe de Pierre Gattaz, fils d'Yvon Gattaz, qui a dirigé le CNPF, ancêtre du Medef, de 1981 à 1986 sous François Mitterrand. L'homme n'a de cesse de réclamer à hue et à dia des baisses de charges d'un montant de 100 milliards d'euros, somme qui serait bien évidemment ponctionnée dans son intégralité dans la poche du prolétariat. Et qu'on ne vienne pas l'emmerder avec des compensations en embauches mendiées par des organisations syndicales cogestionnaires et réformistes comme la CFDT, toujours prête avec d'autres (CFTC, CGC, etc) à signer les pires trahisons de la classe ouvrière.

Rien n'arrête la racaille capitaliste, et Gattaz Junior ne cache pas sa satisfaction de voir le gouvernement socialiste lui signer sans contrepartie un chèque de 30 milliards d'euros alors que l'ultralibéral Sarko lui-même n'avait pas osé aller aussi loin en 2010 avec les cadeaux fiscaux de 7 milliards d'euros accordés au patronat pour la réforme de la taxe professionnelle.

Cerise sur le gâteau, Gattaz Jr se targue de vouloir redistribuer ces « succinctes » économies patronales sous forme de dividendes pour engraisser un peu plus des actionnaires qui feraient passer un élevage de porcs pour une cure de thalasso.

Les travailleur-euse-s, précaires, sans-emploi et exclu-e-s peuvent continuer à se serrer la ceinture et bouffer dans les poubelles.

Un aéroport HQE financé par l'impôt, c'est tout bénef pour les patrons !

Le soutien inconditionnel du patronat à l'aéroport HQE de Vinci n'est pas un hasard, financé par des fonds publics régionaux, nationaux et européens, il ne coûtera pas un centime aux patrons qui pourront en bénéficier à loisir.

Comment s'étonner alors que les meilleurs soutiens à ce projet d'aéroport viennent en premier lieu du patronat. Le Président de la Chambre de Commerce et de l'Industrie 44, Jean-François Gendron, «milite» depuis toujours pour une grosse coulée de béton sur lande de NDDL : «A ce jour, rien n’a changé. Et j’ai confiance dans la continuité de la parole de l’État. J’attends qu’il réaffirme son engagement sur ce dossier. Ainsi, après que tous les recours soient purgés, rien ne s’opposera au démarrage des travaux. Je connais les positions de Ségolène Royal peu encourageantes mais j’attends surtout ses nouveaux propos comme ministre.»

Richard Thieret, président du Centre national des jeunes dirigeants (CJD) affirme lui aussi la nécessité d'un aéroport près de Saint-Nazaire : «Démarrer sans plus tarder les travaux nécessaires au transfert de l’aéroport de Nantes serait un signe de courage politique pour affirmer l’état de droit et surtout un signe donné aux entreprises.» Il rajoute, fier de lui, «Nous avons lancé un sondage (en 2013) auprès de nos adhérents. 73 % des chefs d’entreprises exprimés soutenaient le projet de transfert.»

Grégoire Gonnord, un des dirigeants du Club des Trente (réseau qui regroupe tous les grands patrons du grand ouest) et PDG du groupe de malbouffe Fleury-Michon ne cache pas lui non-plus son enthousiasme pour le projet : «J’ai demandé la réalisation d’une desserte digne de son nom depuis notre territoire jusqu’à l’aéroport.»

Sur les réseaux sociaux l'association citoyenne (sic) @ailespourlouest, qui regroupe tout ce qui se fait de pire dans ce pays, (@medef, @Police44, @CCI44, etc), réclame à corps et à cri son aéroport à Haute Qualité Exploitatrice ; inquiétée par des sondages défavorables au projet, et une avalanche d'articles mortifères pour Vinci, lance tout son poids dans la bataille afin d'éviter à tout prix un moratoire fatal.

Chantage à l'emploi

Le fouet et les chaînes aux pieds n'existant plus, les patrons utilisent à loisir la menace d'une délocalisation au cas où l'aéroport serait abandonné. Louis Le Duff, PDG du groupe Le Duff, met sur la balance sa décision d'installer son siège social de 300 salarié-e-s à Rennes en cas d'abandon où de moratoire du projet : «Je ne vois pas dans ces conditions comment je pourrais installer mon siège social à Rennes. Je laisserais mes équipes à Paris et à Londres.» «J'avais pris cette décision d'implanter mon siège à Rennes car on m'avait promis que Notre-Dame-des-Landes se ferait.»

Élections piège à cons

La toute nouvelle équipe municipale PS EELV n'est pas en reste. Ce matin 4 avril la maire de Nantes, Johanna Rolland, dopée par le retour de son mentor politique dans l'ancienne cité négrière, Jean-Marc Ayrault, réaffirmait son attachement au transfert d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

L'ectoplasme ultralibéral Hollande et son équipe de guignols rose pale qui ne sont plus à une trahison prêt - Jaurès doit se retourner dans sa tombe - sauront-ils résister aux exigences patronales malgré un mécontentement populaire croissant face à un projet mortifère et dépassé écologiquement comme socialement. Pas si sûr !

 On a les patrons et les élu-e-s que l'on mérite.

Crève l'aéroport et son monde.

Zadist

Source : http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0203405339443-le-mystere-gattaz-qui-est-vraiment-le-president-du-medef-662021.php

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/laeroport-notre-dame-landes-patrons-dans-attente-03-04-2014-139891#.Uz5e8Ahs3gU.twitter

http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/groupe-duff-va-t-il-quitter-rennes-03-04-2014-139773

© cgtegoutsparis

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai