Ce n'est que dans ces conditions que peut se former un consensus général qui façonnera nos sociétés.

 

Cette nouvelle approche, d'inspiration allemande, propose une politique de gouvernance inédite de l'Union. Elle met en évidence les résultats obtenus tout en pointant les objectifs à atteindre, laissant cependant toutes les chances aux divergences de s'exprimer par le biais des présidences alternées. Aussi, tous ses objectifs sont réalisables par la cohabitation de ces deux politiques.

 

 

Ayant constaté l'inefficacité des mécanismes d'autorégulation du marché, elle explore de nouvelles alternatives, lui permettant d'obtenir pour ses citoyens un minimum de sécurité contre les licenciements et dans le travail afin de minimiser la casse sociale.

 

 

En associant dans cet effort à la fois la baisse des coûts1de production, un euro fort2, syndicats et consommateurs, elle initie une nouvelle donne européenne. Sa volonté étant de faire de l'Union une entité économique stable capable d'agir au sein de la mondialisation d'ici 2009.

 

En parallèle, cette même politique travaille à la réduction des tensions socio-économiques à l'origine de la paupérisation des populations européennes. Aussi l'Allemagne anticipant la crainte légitime des petits pays, les associe-t-elle étroitement à ce processus décisionnaire afin de pouvoir poursuivre librement la construction de l'Union élargie et de mieux la situer dans le monde.

 

 

Un calendrier et un mandat très précis sur les points à changer seront bientôt abordés au niveau intergouvernemental afin que la coopération des 27 pays ne freine pas dans son travail la "locomotive franco-allemande" qui bâtit l’Europe pour construire une autre mondialisation.

 

 

[1] Un travail de qualité de la Commission Européenne résulterait en une meilleure légifération qui réduirait de 25% les coûts de la bureaucratie aux citoyens et aux PME. L’Allemagne a ainsi gagné 18% en termes de productivité.

[2] Avec une monnaie forte les importations sont moins chères et les consommateurs sont protégés.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.