"Pour l'IRSN, EDF sous-estime le risque d'un accident nucléaire"

"Jacques Repussard, directeur général de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, dresse le bilan des inspections qu'il a menées dans les centrales françaises."

 

- Qu’a révélé votre audit post-Fukushima sur la sûreté des centrales françaises?


Celles-ci ne prennent pas en compte des scénarios comme Fukushima avec une perte totale d’eau et d’électricité. EDF propose des moyens de secours sous vingt-quatre heures mais on ne peut pas attendre tant de temps. Un séisme pourrait provoquer des accidents sérieux sur certains sites comme à Fessenheim et au Bugey. Les sites des vallées du Rhône et de la Loire doivent surélever leurs digues pour se protéger de fortes inondations.

 

[...]

 

(EDF et Areva) n’ont pas fait leur "révolution culturelle". Fukushima a changé la donne et révélé qu’un accident grave était possible, même dans un pays considéré comme sûr. Nous devons accepter que l’impossible puisse se produire et il faut pouvoir y remédier. Depuis 2003, nous mettons en garde sur les risques liés aux séismes, sans être vraiment écoutés. J’espère que nous le serons cette fois.

 

Lire les extraits dans leur contexte dans l'article publié sur le site du J.D.D. en cliquant ici !

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.