Brennilis EL4 : 44 ans d'illégalité en toute impunité

44 ans d’illégalité en toute impunité

 

Le 22 novembre 2011

 

Communiqué du 22 novembre 2011 des 7 associations (AE2D, BV, CLCV, ERB, GMB, SDNC, VMA*)

http://www.sortirdunucleairecornouaille.org/spip.php?article174

Centrale nucléaire de Brennilis : 44 ans d’illégalité en toute impunité

Discrètement pendant les vacances de la Toussaint , un arrêté est paru au Journal Officiel autorisant la centrale nucléaire de Brennilis à des rejets radioactifs dans l’environnement, mettant fin à 44 années d’illégalité depuis sa mise en service en 1967.

La centrale de Brennilis a réussi ce tour de force de l’impunité : rejeter sans autorisation légale pendant tout ce temps-là. C’est ce que Bruno Chareyron, ingénieur du laboratoire de la CRIIRAD avait pointé lors de sa conférence en septembre 2007 à La Feuillée**, obligeant EDF à reconnaître la contamination radioactive du chenal du aux rejets de la centrale.

Et ces rejets de cette centrale à eau lourde en fonctionnement ont été gigantesques , plus que ceux de l’usine d’extraction de plutonium (dit « de retraitement ») de La Hague, pourtant eux-même plus élevés que l’ensemble des rejets des centrales en fonctionnement.

Rejets tellement hors normes que le professeur Pellerin** (celui qui pourtant avait nié l’impact sanitaire du nuage de Tchernobyl) avouait en août 1987 au journal Libération avoir pesé de tout son poids pour la faire fermer.

La population est en droit de s’interroger

quel a pu être l’impact sanitaire de tels rejets cancérigènes et mutagènes

. Si le médecin de Brennilis mariée à un employé de la centrale affirme n’ avoir observé aucune augmentation de pathologies, le medecin de Commana (aujourd’hui décédé ) s’interrogeait sur l’inflation de cancers et autres pathologies observées chez ses patients. Michel Marzin, ancien technicien de la centrale, a fait le bilan chez ses collègues : la moitié ayant travaillé sur les circuits tritiés sont décédés avant l’âge de la retraite. Mais comme l’excès de leucémies infantiles observés aux abords des usines de La Hague, Sellafield, comme le bilan de Tchernobyl et maintenant de Fukushima, l’industrie continuera à nier. Jusqu’à quand ?

Cette industrie nous ment quand elle affirme que le nucléaire est sans danger et que la sécurité est assurée. C’est donc à chaque citoyen, conscient qu’il y va de sa vie, d’exiger l’arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire.

Contact : Chantal Cuisnier 02 98 53 81 79 / 06 84 14 58 87

*Agir pour un environnement et un développement durables, Bretagne vivante, Consommation logement et cadre de vie, Eau et rivières de Bretagne, Groupement Mammologique Breton, Sortir du nucléaire Cornouaille, Vivre dans les monts d’Arrée

**voir le film de Brigitte Chevet « Brennilis, la centrale qui ne voulait pas s’éteindre... »

http://www.vivement-lundi.com/vivement-lundi/Brennilis.html

 

-----------------------------------------------

Vidéo dernière réunion de Commission d'enquète en 2009 , qui a débouché par un rejet à l'unanimité du dossier présenté par EDF , et suite à son obligation de présenter une information au public suite à l'annulation par le Conseil d'Etat du décret ministriel qui autorisait le démantèlement du réacteur de Brennilis .

Démantèlement Brennilis: "Jeu de Ski et contaminations " © Squapad

 

http://www.dailymotion.com/video/xbg9jk_demantelement-brennilis-jeu-de-ski_news

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.