Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le lobby nucléaire ne recule devant aucun mensonge pour endormir les populations sur les dangers que représente l'industrie nucléaire.

La France, pays nucléocrate par excellence, avec ces 19 centrales nucléaires en ruine et ces 58 réacteurs, dont aucun n'a passé les crash tests, vient d'ailleurs de signer un partenariat avec le Japon pour lancer la 4ième génération de réacteurs, ignorant de fait les dangers que représente le nucléaire pour la santé publique.

Une toute nouvelle étude de la National Academy of Science ( BEIR VII)  sur les effets provoqués par les radiations ionisantes vient d'être publiée au sujet des risques de cancer.

Le graphique présenté plus bas, sur la durée de vie (par Ian Goddard, basé sur l'obtention de données issues de l'étude) montre l'augmentation des risques de cancer liés à une exposition aux radiations en séparant le facteur risque pour les hommes et pour les femmes.

Le résultat est sans appel, les femmes ainsi que les petites filles exposées à une dose donnée de radiations sont plus susceptibles que les hommes de développer un cancer.

Cette étude ne traite que des risques accrus de développement d'un cancer, comme le cancer du sein par exemple, suite à une exposition aux radiations, mais elle n'aborde pas les conséquences d'expositions aux radiations lors d'une grossesse comme les effets génétiques qui en découlent et leurs conséquences.

Explication du tableau issu de l'étude scientifique de la National Academy of Sciences  Biological Effects of Ionising Radiation ( BEIR VII)

La ligne rose montre le risque pour les femmes et la bleue, pour les hommes. Le bas du graphique couvre une période qui va de 0 à 80 à ans, en incluant les pré-naissances.

Nous observons une différence très nette entre la courbe de la ligne bleue et de la rose, celle-ci étant particulièrement forte dès la naissance et ce jusqu'à l'age d'une fillette de 5 ans. 

© 

Les organismes de régulation nucléaire (avec leur cynisme criminel habituel), admettent que le risque présenté ici à l'âge de 30-40 ans – sur la ligne bleue – est le même pour tous les individus, peu importe leur genre – marqué par un cercle vert.

Explication du graphique, Mary OLSON

Source : Nuclear News - http://nuclear-news.net/2013/04/26/nuclear-radiation-and-women-theme-for-may-2013/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez