Billet de blog 16 févr. 2013

L'éboueur du nucléaire jette ses promesses à la poubelle

Source : Le Canard Enchainé - Hervé Liffran (mis en forme par Myriam B), 6 février 2013.Nuage de remontrances sur l'usine de La Hague.POUR la deuxième fois en moins d'un an, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient d'adresser une sévère mise en demeure au groupe Areva, qui exploite l'immense usine de retraitement de déchets radioactifs de La Hague (Manche).

Gaiga Kaunta
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : Le Canard Enchainé - Hervé Liffran (mis en forme par Myriam B), 6 février 2013.

Nuage de remontrances sur l'usine de La Hague.

POUR la deuxième fois en moins d'un an, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient d'adresser une sévère mise en demeure au groupe Areva, qui exploite l'immense usine de retraitement de déchets radioactifs de La Hague (Manche). En avril, c'était la protection contre les incidents qui laissait sérieusement à désirer. Aujourd'hui, c'est l'état des 60 gigantesques « Cocotte-Minute » utilisées dans le retraitement des déchets radioactifs qui inquiète le gendarme du nucléaire.

Une inquiétude d'autant plus justifiée qu'Areva n'a pratiquement pas tenu compte des résultats - pourtant alarmants - d'une première inspection, effectuée en février 2011, sur les « équipements sous pression » de l'usine. A l'époque, l'industriel avait promis de classer, selon leur niveau de dangerosité, ces appareils qui servent à la séparation des isotopes radioactifs et à leur concentration sous haute température. Areva devait également détailler les mesures de sécurité à prendre pour chacun d'eux. Dans sa mise en demeure, datée du 23 janvier, l'ASN constate qu'il n'en a rien été.

Encore plus ennuyeux aucun de ces 60 engins délicats ne dispose d'un « dossier d'exploitation » où doivent être regroupés les attestations de contrôle, les comptes rendus d'incidents et la liste des travaux d'entretien et des réparations effectuées. En réalité, la société Areva n'a prévu aucun programme d'entretien et de surveillance de ses équipements sous pression nucléaire. « Il semble manifeste que cela soit généralisé », s'agace l'ASN.

Papiers atomisés

Et, en cas de pépin, les ordinateurs sont priés de ne pas tomber en panne, les « dossiers techniques » (qui permettent de consulter les caractéristiques et les plans des machines) n'existant que sous forme électronique. « Il paraît illusoire de ne pas prévoir un exemplaire papier », martèlent les contrôleurs.

Autre promesse non respectée les patrons de La Hague s'étaient engagés, en 2012, à effectuer un exercice de sécurité. Histoire de montrer leur capacité à maîtriser les conséquences d'un accident sur leurs Cocotte-Minute atomiques. Ce sera pour une autre fois...

« Areva se conduit de façon désinvolte », déplore un expert qui collabore aux travaux de l'ASN. Avant d'ajouter « Pour l'instant, cela n'a pas de conséquences, mais, en cas d'incident, non seulement les produits traités sont hautement radioactifs, mais ils pourraient être vaporisés en raison de la haute température... »

La direction de La Hague a désormais jusqu'au 20 février pour transmettre à l'ASN la liste des mesures envisagées. Faute de quoi, elle se retrouverait sous la menace d'une sanction pénale impitoyable en réalité, une amende de troisième classe (soit... 450 euros), infligée par un tribunal de simple police.

Areva risque en fait beaucoup plus gros. A tout instant, l'ASN peut ordonner l'arrêt immédiat des installations dangereuses et le retrait sans préavis de son autorisation d'exploitation.

Mais la véritable urgence, pour les responsables de l'usine de La Hague, est de rassurer la presse locale. « Les voyants sont au vert », titrait ainsi « Ouest France » (29/1), avant de vanter le « savoir-faire » et des « indicateurs plutôt positifs » mis en avant par la direction du site. Quant à la mise en demeure adressée par l'ASN, elle est expédiée en quelques lignes. Juste le temps d'expliquer qu'il s'agit d'un simple problème de documents qui n'ont pas été transmis à temps ».

Et Fukushima, c'était la faute du facteur?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire