Appel à soutien contre la répression à l'encontre d'un militant syndical

Communiqué du 16/10/14 : Les associations Henri Pézerat et Santé Sous-Traitance

Nucléaire: RAS & Brennilis © Squapad

 

 

 

 

 

 

 

Nous nous adressons à toutes les personnes sensibles à la défense du droit à la santé des travailleurs pour vous demander de soutenir Philippe Billard, salarié normand de Endel, entreprise spécialisée dans la maintenance nucléaire, chimique et pétrochimique.

Travailleur sous-traitant depuis trente ans, Philippe Billard subit, de la part de son employeur, depuis des années, des formes plus ou moins déguisées de discrimination syndicale. Délégué du personnel et membre du CHSCT pour la CGT, ce militant syndical et associatif a déjà fait face à plusieurs procédures de licenciement, bien qu’il soit salarié protégé. Elles ont toutes essuyé un refus de l’Inspection du travail d’abord puis du Ministère du travail et du Tribunal administratif de Versailles. Philippe Billard a donc été réintégré, mais s’est vu interdire le secteur nucléaire où il était pourtant employé depuis une vingtaine d’années. Coupé de son collectif de travail, sans possibilité d’intervenir sur les chantiers avec ses collègues, il n’a pas pour autant abandonné son combat pour des conditions de travail, de salaire et de vie conformes au droit du travail. Il a lancé plusieurs alertes, contre la présence d’amiante sur des chantiers, ou encore contre la contamination au nickel dans son atelier. A travers l’association « Santé Sous-traitance Nucléaire-Chimie », Philippe apporte également son appui à des travailleurs engagés dans des procédures de reconnaissance en maladies professionnelles de leurs pathologies, travailleurs sous-traitants, mais aussi agents EDF et épouses d’agents EDF décédés.

Parce qu’il a osé soulever les problèmes de santé au travail, parce qu’il n’a pas accepté les transactions visant à le faire quitter l’entreprise, Philippe se trouve maintenant privé de boulot et d’une partie de son salaire. En pièce jointe de ce message, Philippe décrit cette dernière affaire, feuilles de paie à l’appui.

Acculer financièrement les militants, voilà une méthode couramment employée. Dans un contexte de précarisation généralisée des conditions de travail et de vie, il s’agit de dissuader celles et ceux qui se mobilisent contre la mise en danger de la vie et de la santé des travailleurs.

Un des effets de la sous-traitance est l’éclatement des collectifs de travail, le recul syndical, et la difficulté à se défendre face à des conditions de travail le plus souvent dégradées. Or, tout en étant soumis à un processus de précarisation, les travailleurs sous-traitants sont aussi les plus exposés aux risques industriels. Dans un combat qui révèle bien souvent une profonde tension entre les objectifs productifs et ceux de la préservation de la santé et de l’environnement, Philippe vit les contradictions qui traversent tant les collectifs de travail que les organisations syndicales soumis à cette tension. Il a besoin du soutien de tous.

Les associations Henri Pézerat et Santé Sous-Traitance appellent à soutenir Philippe Billard afin de rendre possible la poursuite de la lutte qu’il a engagée. Soutien à adresser à l’ordre de l’association Henri Pézerat (C° Nicole Voide, 21 rue du Commerce, Escalier 5- 94 310 - Orly) en ajoutant la mention « soutien au combat de Philippe Billard pour la santé des travailleurs sous-traitants ».

Contacts : Annie Thébaud-Mony : 06 76 41 83 46 ; Philippe Billard : 06 14 79 44 66

Santé–Sous-traitance-Nucléaire-Chimie

Association à but non lucratif : http://www.sst-nucleaire-chimie.org/

 Association Henri Pezerat

http://www.asso-henri-pezerat.org

Maison du citoyen et de la Vie Associative 

16 rue du Révérend Père Aubry  -  94120  -  Fontenay-sous-Bois  

-----------------------------------------------------------

Message de Philippe Billard ce 15 octobre 2014 Objet : Situation salariale et financière

Salut à toutes et à tous,


Au mois de juillet 2014, le médecin du travail m'a mis inapte au poste de mécanicien que j'occupais en partie sur l'agence ENDEL/GDF/SUEZ de notre-dame-degravenchon. l'autre partie de mon poste consiste à gérer la logistique de cette agence, dont magasinier, poste pour lequel, le médecin du travail m'a mis apte. endel aussitôt m'a interdit de travailler au prétexte de l'inaptitude de mécanicien et m'a assigné à domicile en me pointant en absence autorisée payée. bien sur endel dit ne pas vouloir me punir financièrement mais en pièces jointes, vous trouverez mes bulletins de paie de juillet et septembre pour comparaison et compréhension de l'attitude de endel. en juillet ce que je touche en travaillant et septembre ce que je touche en étant interdit de travailler. sur les sommes du net à toucher, il vous faudra ajouter l'acompte de 300 euro mensuel.pour la logistique, je touche une prime journalière de 10.91 euro qui a aussitôt été retirée par le rh dès l'inaptitude et de ce fait je ne les ai pas touchées en août non plus.

donc, vous comprendrez qu'endel une fois de plus prend soin de moi. j'ai déjà vécu cette situation de mise à l'écart du travail afin de me donner une
punition financière de mai 2006 à janvier 2009. il aura fallu que j'aille aux prud'hommes pour les obliger à me donner du travail. mais durant ce temps, j'ai perdu 700 euro par mois. 32 mois à 700 euro faites le calcul. il y a eu à cette époque un élan de solidarité qui m'a permis de tenir le coup mais aussi deux crédits à la consommation car je ne pouvais pas priver mes enfants et la fédé cgt de l'énergie qui payait les frais d'avocat. cette fois, c'est environ 800 euro de perte mensuelle. j'ai 14 ans d'ancienneté dans cette boite et 1400 euro net quand je ne travaille pas. le reste étant des primes. mais bon, ça va, mestrallet, le pdg du groupe ne touche que 1.4 millions d'euro/mois, sans les primes bien sur. j'ai repris des mandats de représentant du personnel aux délégués du personnel au comité d'établissement et aussi au comité d'hygiène et de sécurité. la situation actuelle est en lien avec mes mandats, tout comme la précédente. je ne sais pas combien de temps endel va me laisser sans travail mais une chose est sur, je ne suis pas inapte sur mes mandats de représentant du personnel ce qui me permet de faire le travail pour lequel les salariés ont votés largement pour la cgt. parce que la santé est le capital le plus important pour chaque salarié, je continuerai, avec mes collègues de la cgt à combattre toutes les atteintes du travail faites à ce capital. il est certain que cela ne peut plaire aux industriels de la chimie, du pétrole, de la pharmacie, du nucléaire... car normalement, ils ont mis en place la sous-traitance
pour ne pas être emmerdés par les problèmes de santé.

le monde du travail pourrait être renommer en "petits crimes entre industriels".

la lutte continue. à plus, Philippe Billard.

-------------------------------------------

Philippe Billard est venu avec Annie Thebaud Mony. en septembre 2009 à Hulegoat animer le débat qui a suivi la projection du film réalisé par Alain de Halleux "Nucléaire Rien à signaler"    Sa dénonciation courageuse des conditions de travail dans le nucléaire lui a valu d'être privé de boulot et d'une partie du salaire. L'industrie nucléaire ne peut supporter une telle brebis galeuse !! 

Les travailleurs du nucléaire sont les premières victimes de l'industrie nucléaire. 

Merci de votre soutien  Chantal Cuisnier  porte parole de "Sortir du nucléaire Cornouaille"

Voici les liens des vidéos fimées par Patrig Quemener  lors de ce débat

http://www.dailymotion.com/video/xaonh4_nucleaire-ras-brennilis_news

http://www.dailymotion.com/video/xaq8t8_nucleaire-secret-sante-silence_news

http://www.dailymotion.com/video/xardzh_nucleaire-les-ouvriers-sacrifies-pa_news

http://www.dailymotion.com/video/xaqfsb_nucleaire-les-moyens-d-actions-synd_news

                               

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.