Billet de blog 17 avr. 2012

Centrale nucléaire de Penly : Accident de perte de réfrigérant primaire.

Bob 92 Zinn
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" publie des documents internes à EDF, ainsi qu’une synthèse de l’accident de Penly réalisée par une source interne à EDF, qui atteste clairement de la minimisation des faits et de la situation par EDF et l’ASN.

Analyse "incident" Penly par une source interne à EDF (5 avril 2012)

Fuite d’huile et incendie
Le 5 avril à 11h52 l’alarme "niveau bas de la caisse à huile" [1] d’une pompe primaire apparaît suite à une fuite d’huile. La "caisse à huile" c’est le réservoir d’huile de refroidissement du moteur de la pompe. Lorsque le "niveau bas" est atteint, cela signifie qu’à cause de la fuite, le circuit d’huile est complètement vidangé. Et c’est bien une fuite d’huile sur une pompe primaire qui a provoqué l’incendie, comme l’explique le Flash spécial Penly [2].

A 12h20, EDF a alerté les pompiers "suite à un dégagement de fumée". Le feu a donc démarré entre 11h52 et 12h20. "A 13h15, les pompiers sont intervenus (…) pour éteindre deux départs de feu" [3]. Nous avons beaucoup entendu parler de ces "départ de feu". Mais, lorsqu’une importante quantité d’huile brûle depuis au moins une heure, tous les pompiers vous parleront alors d’un incendie d’hydrocarbure. Mais pas EDF ni l’ASN…

Plan d’urgence interne (PUI)
Le communiqué n° 2 de l’ASN mentionne l’extinction "des flaques d’huile en feu" mais aussi "une fuite anormale sur le circuit primaire du réacteur 2". L’ASN informe de l’application par EDF des "procédures de conduite incidentelle". Selon l’ASN, la situation "n’a pas nécessité le déclenchement du plan d’urgence" interne par EDF. Toutefois, la situation devait être suffisamment critique pour que l’ASN "mobilise ses équipes dans son centre d’urgence" [4], avec l’IRSN.

Le lendemain, l’ASN annonce avoir "levé son dispositif de crise" [5]. Ce même jour, EDF annonce avoir "levé le plan de mobilisation interne" [6].

Ainsi, EDF a mobilisé en interne pour faire face à la situation et l’ASN a activé ses équipes de crise : cette organisation ressemble fortement à un Plan d’urgence interne sans que cela ait été officiellement avoué dans les communiqués successifs. Or, dans la lettre de suite du 11 avril 20121, les inspecteurs de l’ASN "se sont intéressés aux conditions d’entrée et de sortie du plan d’urgence interne conventionnel qui a été activé" par EDF.

Le Plan d’urgence interne a bien été déclenché. Mais pourquoi en toute discrétion ?

Fuite d’eau sur le circuit primaire
Dans le rapport de sûreté des réacteurs du type de ceux de Penly, un chapitre traite des "accidents de fréquence très faible". La "perte de réfrigérant primaire" ou "fuites aux joints de pompes primaires" y est répertoriée dans un sous-chapitre qui aborde les causes d’un tel accident en parlant… d’incident [7].

A Penly ce 5 avril, le débit de la fuite d’eau radioactive du circuit primaire a atteint, à minima, "2,3 mètres cube par heure" (ou 2300 l/h) selon l’AFP [8]. Lors d’un incident similaire en 2008 à Penly, voici ce qu’EDF écrivait : "l’élévation du débit de fuite du joint N°1 de la pompe primaire au-dessus du seuil de 2300 l/h est traitée dans l’enveloppe des APRP" [9] ou, traduit du jargon, Accident de perte de réfrigérant primaire.

Compte-tenu du débit de fuite atteint on peut donc parler d’un accident, pour "l’incident" du 5 avril 2012 : accident, un mot interdit au royaume de l’atome.

L’accident explique pourquoi l’ASN a gréé son équipe de crise car qui peut savoir comment se termine une séquence "accidentelle" ? Exploitant et gendarme du nucléaire n’aurait pas mis en place un dispositif de crise pour un incident mineur.

Synthèse : http://groupes.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/Synthese20120405.pdf

Documents internes à EDF

Notes :

1. http://www.asn.fr/index.php/content/download/33597/248217/file/INSSN-CAE-2012-0776.pdf

2. Flash spécial Penly – Vivre eDF l’Hebdo, vendredi 6 avril 2012

3. Deux départs de feu éteints à la centrale de Penly - http://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales- nucleaires/centrale-nucleaire-de-penly/evenements-45965.html&page=1

4. http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2012/Communique-de-presse-N-2-Centrale-nucleaire-de-Penly

5. http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2012/Communique-de-presse-N-3-Centrale-nucleaire-de-Penly

6. Arrêt de la fuite à la centrale nucléaire de Penly - http://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales- nucleaires/centrale-nucleaire-de-penly/evenements-45965.html&page=1

7. Rapport définitif de sûreté – Rapport standard – Edition VD2 – Palier 1300 Mwe – EDF, 2005 (§III.4.3.3.1)

8. Penly : fuite contenue d’eau radioactive du circuit primaire – AFP, 05/04/2012 à 17:54, mis à jour à 23 :03

9. Rapport d’évènement significatif – Débit de fuite de la ligne du joint n°1 de la pompe primaire 1RCP054PO supérieur à 1,370 m3/h – Evènement survenu le 2/07/2008 sur la tranche 1 – CNPE de Penly, 2/10/2008 (page 7)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies françaises : « Un plan de désindustrialisation prévu, organisé et connu »
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau