La CRIIRAD dénonce le licenciement de Bruno BARRILLOT

La CRIIRAD dénonce le licenciement de Bruno BARRILLOT et sinquiète de voir refermer, une fois de plus, le dossier de limpact sanitaire et environnemental des essais nucléaires de la France et vous invite à lui adresser un message de soutien (voir PDF joint).

La CRIIRAD dénonce le licenciement de Bruno BARRILLOT et sinquiète de voir refermer, une fois de plus, le dossier de limpact sanitaire et environnemental des essais nucléaires de la France et vous invite à lui adresser un message de soutien (voir PDF joint).

Bruno Barrillot est un expert indépendant, spécialiste des armements et notamment des armes nucléaires, co-fondateur en 1984 du Centre de Documentation et de Recherche sur la Paix et les Conflits, devenu depuis lObservatoire des armements[1]. En 2005, il a été chargé par le gouvernement de Polynésie du suivi des conséquences des essais nucléaires français en Polynésie. Il avait pourtant obtenu des résultats concrets, en matière dassainissement des sites et de reconnaissance des droits des victimes. Les autorités françaises ont longtemps soutenu que leurs explosions atomiques expérimentales étaient restées propres et navaient donc fait aucune victime. Bien que très insuffisante, la loi Morin de 2010 sur lindemnisation des victimes des essais[i] constituait un premier pas vers la vérité et la justice. Bruno BARRILLOT a joué un rôle important dans son élaboration. Lune des premières décisions du gouvernement de Gaston FLOSSE, redevenu président de la Polynésie française le 17 mai dernier, a été de mettre fin, sans explication, à sa mission de suivi, pourtant loin dêtre achevée

(1)     http://www.obsarm.org

voir le communiqué.

Bruno CHAREYRON  Ingénieur en physique nucléaire  Responsable du Laboratoire CRIIRAD

Immeuble CIME  3eme étage  471 avenue Victor Hugo  26 000 Valence

tel : 04 75 41 82 50   fax : 04 75 81 26 48  E-mail : bruno.chareyron@criirad.org

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.