Areva accusé de corruption : l'Observatoire du nucléaire relaxé

AFP - 21 janvier 2015 - Paris - La cour d'appel de Paris a relaxé mercredi le président de l'Observatoire du nucléaire, Stéphane Lhomme, qui était poursuivi en diffamation par Areva qu'il avait accusé de corruption au Niger.

AFP - 21 janvier 2015 - Paris - La cour d'appel de Paris a relaxé mercredi le président de l'Observatoire du nucléaire, Stéphane Lhomme, qui était poursuivi en diffamation par Areva qu'il avait accusé de corruption au Niger.En première instance, le tribunal correctionnel de Paris l'avait condamné à 1.000 euros d'amende avec sursis et lui avait ordonné le retrait des propos litigieux ainsi que la publication d'un communiqué judiciaire sur le site internet de l'Observatoire du nucléaire.

Le 11 décembre 2012, dans un communiqué, l'association avait fait état d'une contribution d'Areva au budget national nigérien d'environ 26 millions d'euros, dont 15 millions auraient été directement affectés à l'acquisition d'un avion pour le président du Niger, Mahamadou Issoufou.

Il s'agit donc clairement d'une manoeuvre de corruption, probablement sur le plan légal et assurément sur le plan moral, par Areva, avait accusé l'Observatoire.

Le lendemain, Zakari Oumarou, président du groupe parlementaire du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNSD, au pouvoir), avait confirmé à l'AFP qu'Areva avait accordé au Niger une aide budgétaire de 26 millions d'euros, dont une partie a été affectée pour l'achat d'un avion présidentiel.

Areva, qui conteste cette accusation de corruption, avait assigné en justice.

Le 7 février 2014, les juges de la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris avait estimé que l'utilisation du terme corruption ne faisait manifestement preuve d'aucune prudence.

Les documents produits par M. Lhomme ne lui permettaient nullement de conclure à la corruption alléguée, ni au fait qu'Areva aurait acheté un avion au président du Niger, avait alors estimé le tribunal.

L'Observatoire du nucléaire avait alors annoncé qu'il ferait appel de ce jugement affligeant mettant gravement en cause la liberté d'expression et le droit de contester les méfaits des entreprises du lobby nucléaire.
AFP

Rappel de l'affaire : http://observ.nucleaire.free.fr/accueil-proces-areva.htm

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.