Petits souvenirs sur la création de l'AFPA et son utilité publique

Les gouvernements successifs transforment l'AFPA à coups de marteaux. D'association, puis entreprise, puis Agence d'Etat, la mission n'avait pas changé, former des citoyens pour leur donner une chance de retrouver du travail ou de se reconvertir, tout en les logeant, tout en finançant leur parcours, tout en les rémunérant.

L'AFPA a été créée en 1949. C'était pas rien. Cela avait commencé comme ça. Le 9 novembre 1946, dans la foulée du Programme du Conseil National de la Résistance, un décret signé d’Ambroise Croizat, alors ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, organise l’agrément de Centres de formation professionnelle subventionnés par le ministère du Travail et institue un CFP (certificat de formation professionnelle). L’objectif : couvrir les besoins urgents de reconstruction du pays.

Ambroise Croizat : c'était un communiste, un grand lutteur, un syndicaliste

Ambroise Croizat © Abra Cadabra

Quand j'ai été embouché à l'AFPA en 2001, j'avais encore l'impression de faire partie d'une histoire ancrée dans un passé de luttes pour le droit au travail. On s'amusait de pouvoir montrer ce genre de vidéos en début de formation. Une vidéo de 1957. L'AFPA c'était une vieille institution indéboulonnable. Aujourd'hui, rien n'est indéboulonnable.

AFPA six mois plus tard... © stephane cassabois

Puis progressivement, on est passé au néolibéralisme, la loi de tous contre tous. Et en 2018 ma formation en PAO a fermé, plus assez de stagiaires. Et quand ça ferme ça ne repousse pas, tout est à reprendre à zéro.

La création de cette association/agence représentait une des formes de l'Etat protecteur. Aujourd'hui, c'est plus compliqué. Pour monter un dossier de formation, les gens traversent un parcours du combattant. Il n'est plus facile de se reconvertir, l'argent d'un CPE ne suffit pas.

Les formations poussées en avant de nos jours sont très liées à des entreprises locales. Nous par exemple c'est Arco, qui fait les sacs Vuitton qui forme ses futurs employés à l'AFPA. Tu es né dans le Nord au XIXème siècle et bien tu travaillais dans les mines et puis c'est tout. A qui appartient la formation aujourd'hui ? Et bien comme l'Etat poreux, aux banques et au capital bien sur.

Nous assistons à la destruction d'un outil. Une destruction soft, technocratique, lente, avec un passage à la concurrence libre et non faussée, c'est à dire à l'anarchie réelle et brutale des réponses aux appels d'offre. Résultat des formations de plus en plus courtes, des formateurs seuls avec la gestion de plusieurs parcours en entrées décalées, des stagiaires qui n'y trouvent plus leur compte. "Mais où il est le formateur ?". 

Voilà une vidéo de 2010, une telle vidéo commence à entrer dans le flou. Ce monsieur est plein de bonne volonté mais le chômage et l'entrée dans la concurrence est déjà hors champ dans la vidéo, on parle plutôt d'alphabétisation. Qu'est ce qui appartient encore à l'AFPA ? Un flou qui va déboucher sur une atomisation.

Afpaweb © AfpaWebTv

En 2019, des dispositifs liés à l'accompagnement sont toujours présents, liés à des prescripteurs comme Pôle Emploi, les Ecoles de la Seconde Chance, Les Missions Locales, les Epide, et c'est là-dedans que je me retrouve encore un peu. Je participe par exemple à un dispositif : Prépa compétences.

Prépa Compétences © AfpaWebTv

Voilà, aider les gens c'est bien, mais pour les projeter dans un monde professionnel toujours plus facho, ça me plaira moins. A suivre. Un plan de sauvegarde de l'emploi, lire un plan de licenciements est en cours depuis la fin 2018. Vais-je passer l'hiver à l'AFPA rien n'est moins sur. C'est pas grave je me reconvertirai dans la chanson à 52 ans tout en montant un centre de formation privé, comme lui.

 

Bernard Tapie © Leroidukitch

 

Non je rigole, je ferai de la téléphonie ou du bénévolat. Je ferai un article à caractère plus informatif plus tard.

Bises

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.