Comment accompagner les demandeurs d'asile

Demander l’asile signifie avoir besoin d’une protection. Avoir besoin d’une protection veut dire que l’on ne peut plus avoir la protection de ‘’son’’ Etat. Ne plus avoir la protection de ‘’son’’ Etat revient à dire que l’on ne peut plus vivre sans danger sur son territoire. Cela veut dire que l’on ne peut pas retourner dans son pays sauf à y être persécuté. Demander l’asile, c’est expliquer que, dans son pays, on n’a plus de protection possible et que, pour cette raison, on ne peut y rentrer ; et s’il y a obligation de rentrer (de force) dans son pays, on risque d’être persécuté.

‘’Justifier’’ du caractère « manifestement fondé » de sa demande d’asile doit donc impérativement passer par l’exposé des raisons pour lesquelles on craint d’être persécuté en cas de retour dans le pays dont on a la nationalité.

Exposer les craintes en cas de retour dans son pays nécessite de dire : - ce qu’on craint ? (QUOI ?)
- comment et où cela peut-il arriver ? (COMMENT et OU ?)
- quelles sont les personnes dont on craint cela ? (QUI ?)

- les motifs de ses craintes ? (POURQUOI ?)

- l’attitude des autorités (refus ou incapacité de protéger...)

La réponse à chacune de ces questions doit être aussi précise que possible pour qu’elles soient personnalisées, donc convaincantes et crédibles pour l’agent de l’OFPRA.

Il n’est pas inutile de préciser à la personne qu’elle peut, en ‘’introduction’’ à son entretien exprimer cette crainte en cas de retour dans son pays à l’agent de l’OFPRA.

Dans un second temps, il est nécessaire de reprendre avec la personne, de façon chronologique, les raisons pour lesquelles il a été amené à fuir en lui faisant préciser à chaque ‘’étape’’ QUI, QUOI, COMMENT/QUAND et POURQUOI ?

1° Qui est il? : Les demandeurs d'asile utilisent des faux documents pour voyager. Il faut donc leur demander qu'elle est leur véritable identité, leurs véritables date de naissance et lieu de naissance, leur nationalité (étatique mais également appartenance à un groupe national : exemple Kurde Arménien), est-il marié, célibataire avec ou sans enfants. Il est nécessaire de demander également s'il fait partie d'un groupe religieux ou national particulier (chrétien dans un pays musulman ou chiite en Irak, Azara en Afghanistan ou Hutu au Rwanda).

2° D'où vient il ? : Dans quelle région a t-il vécu ? Que faisaient ses parents ? A t il fait des études?

3° Que faisait il? : Quel travail ou occupation (vie professionnelle, études, niveau de vie...). Est-il un militant politique ou associatif, simple sympathisant ou avec des responsabilités, lesquelles ? Comment agit-il au sein de l'organisation (cellule de quartier, combien de personnes, ce qu'elle faisait, ses responsabilités...) ? Quel est le sigle du parti... ?

Est-il menacé en raison de son appartenance ethnique ou religieuse ou une victime sans engagement ni appartenance particuliers?

4° Que lui est il arrivé? : Il s'agit de dresser le mieux possible les événements qui sont intervenus dans la vie de l'intéressé ou dans celle de sa famille et qui l'ont conduit à quitter le pays (il peut s'agir de menaces, arrestations, séjour en prison, viol, extermination de la famille...). Il faut tenter de dater les événements et de préciser les circonstances des arrestations ou des menaces. Si la personne ne donne pas ces précisions et reste dans la généralité concernant des faits (« j'ai fui le Sierra Leone quand la guerre a recommencé ») il est nécessaire de coller à son histoire personnelle et essayer de les dater approximativement

L'ensemble de ces éléments doit être circonstancié et cohérent avec les données connues sur le pays. Il n'est pas rare que les demandeurs répètent un récit qu'on leur a dit de raconter. L’ensemble des questions personnelles rappelées ci-dessus permet de déterminer sa « crédibilité ». Il est souvent utile d’expliquer au demandeur l’importance de dire la vérité lors de son entretien avec l’OFPRA en particulier si ces dires semblent peu crédibles ou imprécis. Ce n’est pas parce qu’un étranger raconte une histoire « montée de toute pièce » qu’il n’a pas sa propre histoire qui lui permettrait de solliciter l’asile en France.

Vous pouvez regarder les fiches pays du site : www.ecoi.net

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.