Billet de blog 1 févr. 2018

En attendant France-Irlande : ère Brunel an 1, acte 1

Fini l'ère Novès et son errance, le temps des B (Brunel, Bruno, Bonnaire) est arrivé

Los Bandorllos
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la différence des ères géologiques, celle de la fédé durent invariablement 4 ans ou 2x4 ans. Novès inaugure une ère nouvelle, une sorte de demi-erre au terme de laquelle il erre. La Pleureuse, la fédé lui volait ses joueurs, les autres clubs trichaient, l'arbitre était mal intentionné, etc. a élargi la gamme de son chagrin : c'est un petit salarié mis du jour au lendemain à la porte par Laporte (hahaha) son méchant patron. Il est vrai que si c'est au mur que l'on juge le maçon, celui de Novès a bien piètre allure, lui, le plus couronné des entraineurs/manageurs, a fait pire que Lièvremont, dont la seule expérience tenait dans un club de Pro D2, Saint-André dévalant encore un peu plus la pente, sa voix sanglotante annonçait sans doute l'épisode chouinard de Novès, lequel on le savait déjà ne manque pas d'air après avoir manqué son ère.

Le plus beau est que le coupeur d'ère de la Fédé, maniant moins la faucille que le marteau, est le fossoyeur du rugby bleu, blanc, rouge, or, il prétend aujourd'hui en être le sauveur. S'il fallait à tout prix trouver un point de départ au lent, autant qu’inexorable déclin, on pourrait hésiter entre une demi-finale de coupe du monde perdue en 2003 pour cause de pluie et la lecture de la lettre de Guy Môquet. Quel que soit le choix, Laporte est toujours à la manoeuvre. Il l'est à nouveau en 2018, soit près de 20 ans après sa première prise de fonction comme entraineur des Bleuxv, par Brunel interposé.

L'homme ne manque pas de qualité, sa moustache, sa voix de fumeur et sa science du jeu ont tout pour plaire. Il semblerait qu'au management vertical et descendant de Novès il préfère un mouvement ascendant émaillé d'une certaine horizontalité. Le staff des 3 B (Brunel, Bonnaire, Bruno) a quelques cartes en mains, la présence d'Ellisalde n'a rien de rassurant, il faut dire que tous savent qu'il est au moins le 38ème choix.

Avant d'aiguiser les lames attendons donc, mais la gonfle hexagonale ayant mis plus de 10 ans à descendre, il lui en faudra au moins autant pour remonter en haut de la première division mondiale.

Du côté des joueurs, on attendait pas mal du retour de Parra tant cette équipe manque de leader. Le 5 de devant est homogène, la troisième ligne est peu complémentaire et manque de puissance, mais Lauret a le mérite de nous rappeler Dusautoir tant son art balle en main est en voie de l'égaler (en-avant, passes dégueulasses, etc.), la charnière est inédite, comme toujours depuis plus de 15 ans, la paire de centre est pas très d'attaque et plutôt défense, du coup ça compense avec une paire d'ailiers pas très défense mais plutôt d'attaque et enfin à l'arrière un tarnais.

Sans se risquer à un pronostic, sachant que les années paires sont les moins pires, la nouveauté  et l'envie retrouvée d'une équipe pratiquant un jeu brunelien, c'est-à-dire pragmatique avec les moyens (limités) du bord, les Bleuxv peuvent faire bonne figure dans ce Tournoi, à commencer par une courte victoire face à l'Irlande. L'impact d'une défaite en ouverture à domicile et dans ce contexte est si grave pour l'avenir des Bleuxv qu'on peine à imaginer une autre issue que la victoire.

La compo  : 15. Palis ; 14. Thomas, 12. Chavancy, 13. Lamerat, 11. Vakatawa ; 10. Jalibert, 9. Machenaud ; 7. Camara, 8. Gourdon, 6. Lauret ; 5.Vahaamahina , 4.Iturria ; 3. Slimani, 2. Guirado (cap), 1. Poirot.

Les remplaçants : 16. Pelissié, 17. Priso, 18. Gomez SA, 19. Gabrillagues, 20. Tauleigne, 21. Dupont, 22. Belleau, 23. Fal

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli