Il n'y a que la bataille d'Angleterre qui vaille

Quel goût aura la défaite ?

Autant il n'y avait rien à attendre d'un médiocre France-Italie, autant ce France-Angleterre s'annonce plein d'enseignements :

- at first because les Beefs ont paumé à Edimbourg

- secundo parce que mis à part ce faux pas, ils représentent une forme d'excellence rugbystique dont les Bleuxv seraient bien inspirés de s'inspirer

- troisièmement parce que les moins mauvais matchs de l'équipe de France sont précisément ceux disputés depuis quelques années face à notre meilleur adversaire : les Beefs.

- et enfin pour savoir en paraphrasant ce bon vieux Churchill si c'est peut-être la fin du commencement pour les Bleuxv et l'amorce du début d'une lueur d'espoir se détachant au bout d'un long et terrible tunnel.

Le  reste est anecdotique comme le re(re)re(re)retour de Trinh Duc.

Un minimum de réalisme laisse présager une défaite tant les Beefs allient désormais la vitesse à la puissance, sa tonalité colorera la fin de ce Tournoi 2018.

Le XV de départ de l’équipe de France : Bonneval – Fall, Bastareaud, Doumayrou, Grosso – Trinh-Duc, Machenaud – Camara, Tauleigne, Lauret – Vahaamahina, Gabrillagues – Slimani, Guirado (Cap.), Poirot

Remplaçants : Pelissié, Priso, Gomes Sa, Taofifenua, Galletier, Couilloud, Beauxis, Fickou

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.