Nom d'un Petit Poireau !!!

Enfer et putréfaction...

C'est à désespérer...

Un match plus qu'à notre portée tant les Gallois étaient largement prenables hier après-midi, seulement voilà, c'était compter sans nos "qualités" habituelles, à savoir une méconnaissance totale du règlement, une incapacité chronique à finir nos actions et le manque de réussite face aux perches...

Je reprends le fil du match...

Démarrage en fanfare de nos Bleus qui investissent le camp gallois en multipliant les temps de jeu et voilà Trinh-Duc qui concrétise ce temps fort par un magnifique drop-goal superbement préparé et hop, nous voilà à 3 à 0 pour la France...

"Bonnard" me dis-je alors, voilà enfin un ouvreur qui prend ses responsabilités et qui n'hésite pas, à l'instar du légendaire Jonny Wilkinson, à se servir de l'arme du drop-goal pour récompenser le travail de son équipe.

Et bien mon "bonnard" n'a pas duré longtemps, voilà que sur le coup d'envoi effectué au centre du terrain par les Gallois, les avants français affichent une méconnaissance totale du règlement en levant les bras au ciel pour ne pas prendre un ballon qui venait pourtant de franchir la ligne des 10 mètres, après rebond certes, mais la seule chose qu'on demande à un coup d'envoi, c'est de franchir la ligne des 10 mètres, même après 50 rebonds...

Je donne le règlement pour les néophytes :

- si le coup d'envoi ne fait pas les 10 mètres règlementaires, les Français auraient eu le choix entre mêlée introduction pour eux au centre du terrain ou encore touche avec lancer pour eux sur la ligne des 50 mètres (remember l'essai de filou de Berbizier en 1986 face à l'Ecosse).

- les Français auraient pu choisir de jouer quand même en n'attendant pas le rebond et cela même si le ballon n'avait pas franchi la ligne des 10 mètres avant le rebond ce qui assurait la possession car si les Gallois avaient touché le ballon, c'est la règle du dessus qui s'appliquait.

- A partir du moment où les Français ont laissé le ballon rebondir et franchir la ligne des 10 mètres, ils devaient le jouer et surtout pas lever les bras au ciel...

A partir de ce moment, les joueurs gallois, qui, eux, semblent connaitre le règlement, avaient tout à fait le droit de jouer et ils ne s'en sont d'ailleurs pas privés, saisissant le ballon au nez et à la barbe de deux "piquets" français plantés là en train de jouer les sémaphores, et deux passes et un coup de pied à suivre plus loin qui prenait le pauvre Trinh-Duc revenu en catastrophe à contre-pied, nous plantaient un essai !!!

Jolie douche froide...

Et voir le capitaine Bastareaud venir demander des explications à l'arbitre au sujet du coup d'envoi m'a fait m'interroger sur le fait de savoir si le module "connaissance du règlement" était bien prévu dans la formation et tout au long de la carrière des joueurs professionnels français...

Pour la musculation, pas de soucis, c'est bien au programme, mais le problème c'est qu'on a parfois la douloureuse impression que nos joueurs français ont un biceps à la place du cerveau et un hémisphère cérébral situé le long de l'humérus de chaque bras...

Bref, nous voilà menés 5 à 3 et, comme d'habitude, obligés de courir après le score plutôt que de faire la course en tête.

Ensuite, et bien, un éclair de génie dans un côté fermé qui envoie Fickou marquer un essai de fort belle facture au centre des "pagelles" après un enchainement de passes et de jeu en continuité mais c'est tout et comme les Gallois menaient 11 à 3, ça nous a ramené à 11 à 10 à la pause.

Tous les espoirs étaient permis mais voilà, on y a bien mis de l'énergie pendant la seconde mi-temps mais plusieurs actions gagnantes ont avorté par manque de soutiens (superbe échappée de Tauleigne notamment) ou à cause de nos fautes habituelles et les Gallois ont bien défendu malgré le fait qu'ils semblaient avoir parfois la tête sous l'eau...

On en arrive donc péniblement à 14 à 13 à 10 minutes de la fin du match et voilà t'y pas que, sur un coup de collier français et l'échappée de Tauleigne citée plus haut, l'occasion nous est donné de passer devant au score vu que les Gallois viennent de se mettre à la faute...

Surtout que la pénalité est largement passable, à moins de 40 mètres et en face des poteaux, donc on se dit que ça va faire 16 à 14 et que ça risque d'en mettre un coup sur la cafetière des Gallois mais voilà, Trinh-Duc enfume cette dernière occasion et on en restera sur ce 14 à 13 bien frustrant pour nos couleurs.

Une parenthèse pour dire que Trinh-Duc a alterné le bon et le franchement mauvais, ce qui me désole car j'apprécie plutôt bien ce joueur.

Je ne parle pas du fait d'avoir été pris à contre-pied par le rebond sur l'essai gallois car les avants qui ont regardé le ballon plutôt que de le jouer sont bien plus fautifs que lui sur ce coup là, mais il a parfois été approximatif sur certains choix et le fait de rater une pénalité largement dans ses cordes est quand même rédhibitoire au niveau international...

Dommage...

Pour le reste, rien de bien nouveau sous le soleil, une grosse défense, des joueurs costauds mais ça s'arrête là et comme les Gallois ont été loin de leur niveau de jeu habituel, ça nous a donné un match de gros bras et de défense où, je le dis tout net, hormis le suspense, je me suis quand même bien emmerdé...

Je ne sais pas avec quelle équipe on va aller visiter les Blacks en juin mais, si c'est comme d'habitude, avec la moitié des cadres au repos ou blessés, ça risque de piquer un peu à moins que quelques jeunes joueurs ne se révèlent à l'occasion de cette tournée qui risque quand même de virer au cauchemar...

On verra bien...

En ce qui concerne les autres matchs de cette dernière journée du Tournoi 2018, les Italiens ont fait une grosse première mi-temps face à l'Ecosse mais ont fini par craquer comme d'habitude à cause du manque de profondeur de leur banc de remplaçants et, ça fait un peu mal de le dire, du fait que Parisse commence à donner des signes de fatigue...

Il va falloir que les Italiens pensent à couper le cordon surtout que Negri et Polledri semblent vraiment prêt à relever le flambeau, donc...

Les Ecossais ont été bien décevants face à l'Italie et ce sont plus les Italiens qui ont perdu le match que eux qui l'ont gagné.

On dirait que les Ecossais ne sont pas arrivés à se relever de leur exploit face à l'Angleterre mais, au vu des dernières prestations de ces derniers, était-ce vraiment un exploit et n'avait on pas surestimé cette équipe d'Angleterre qui est apparu bien pâle sur ses trois derniers matchs ?

Et notamment le dernier, dans leur antre de Twickenham, où ils se sont fait proprement étriller, notamment en première mi-temps, par une équipe d'Irlande au top de sa forme, tant physiquement qu'en terme d'intelligence collective et individuelle de jeu...

Bravo donc aux Irlandais qui ont réalisé le Grand Chelem en allant "se le peler" à Twickenham et qui me semblent actuellement les seuls Européens capables de rivaliser avec les grandes nations du Sud.

Quant à nous, nous nous consolerons en disant qu'on a fini devant les Anglais et les Italiens mais bon, 4èmes, ce n'est quand même pas "flambard" et quand on met en rapport le nombre des licenciés pratiquant le rugby en France avec celui des pays qui nous précèdent (Irlande, Galles et Ecosse), c'est quand même plus que tristounet.

Il y a donc du pain sur la planche et si on veut vraiment que ça évolue, on ne pourra pas faire l'économie d'une réforme profonde du Top 14 et de l'organisation du rugby en général dans notre pays mais c'est un autre sujet et je ne suis pas sûr que les instances dirigeantes du rugby français, FFR et ligue professionnelle, en aient la volonté, ni même l'envie tant tout ce joli petit monde semble "grenouiller" à qui mieux-mieux pour la préservation d'intérêts qui ne sont visiblement pas que sportifs, ces derniers passant peut-être même loin derrière d'autres plus "sonnants et trébuchants".

Allez je vais m'arrêter là, je ne sais pas si je commenterai la Coupe d'Europe et/ou les phases finales du Top 14 mais si ça n'est pas le cas, je vous donne rendez-vous à l'année prochaine pour le Tournoi 2019 mais également pour la Coupe du Monde en automne 2019 au pays du Soleil Levant.

En attendant :

ALLEGRIA !!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.