Attendre de toucher le fond, en prendre conscience et rebondir

Perdre sans la manière c'est insulter l'avenir

Inutile de revenir sur la bouillie de rugby entre deux équipes loin de leur rang, le meilleur joueur français a longtemps été Pollard (André avec un H, comme les perches qu'il a si mal visées) et finalement l'équipe qui a gagné et celle qui avait le plus de gaz et d'individualité.

Pour que les Bleuxv puissent rebondir et se construire un avenir à la hauteur du rugby de France encore faut-il apprécier à sa juste mesure la débâcle et l'état de faiblesse de cette équipe.

En juin, les Bleuxv étaient battus car en fin de saison et fatigués, pour cette tournée d'automne difficile de renouveler l'excuse, et en même temps on voit mal un communiqué de la fédé disant que toutes les grands-mères des joueurs du groupe retenus sont mortes la même semaine...

Au contraire cette fois on nous a vendu  l'excellence de la préparation du XV de France (on ne doit pas s'étonner des crampes de Picamoles : le propre du joueur évoluant par intermittence est de ne pas mesurer sa résistance sur le temps long), qui avec l'apparition de petits génies (Dupont, Belleau) devait permettre à cette équipe de passer un cap.

Au final on a rien vu, les débuts de l'ère Novès étaient marqués par des défaites encourageantes (admettons), mais désormais cela saute aux yeux, même des idolâtres, nombreux dans un milieu où le prêt à penser tient lieu de pensée réflexive, qu'au bout de deux ans aucun progrès ne soit visible, pire la régression est à l'oeuvre.

Changer Novès n'y changerait rien, c'est trop facile de changer les hommes pour que les structures et habitudes perdurent. S'il faut virer quelqu'un du staff, Bru semble tout désigné, d'abord parce qu'il a échoué avec Saint-André, ensuite parce que le jeu d'avant est médiocre et enfin parce qu'il nous prend pour des jambons de lapin de 6 semaines quand  il dit sur Rugbyrama  "Je suis optimiste pour le rugby français". Il est même content de l’intensité (ce qu'il appelle intensité c'est la durée des temps de jeu, or, je peux faire des passes et des petits tas pendant 3 jours, ça ne me dit rien de l'intensité si en face j'ai des fantômes... Bru est typique de ceux qui se cachent derrière des équations pour masquer la médiocrité de leur vision).  Bon en même temps il fait d'une victoire contre le Japon un objectif élevé. Voilà où on est rendu : espérer une victoire contre le Japon à la faveur des tests d'automne.

Chacun comprend dans ces conditions que la pente va être longue et raide dans les années à venir, tant ceux qui sont aux commandes ne voient pas (ou feignent de ne pas voir)  le mur vers lequel ils foncent en sifflotant le même petite musique du contentement béat de leur propre insuffisance. Or, pour rebondir il faut prendre pliement conscience que l'on a atteint le fond.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.