Billet de blog 20 nov. 2017

Attendre de toucher le fond, en prendre conscience et rebondir

Perdre sans la manière c'est insulter l'avenir

Los Bandorllos
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Inutile de revenir sur la bouillie de rugby entre deux équipes loin de leur rang, le meilleur joueur français a longtemps été Pollard (André avec un H, comme les perches qu'il a si mal visées) et finalement l'équipe qui a gagné et celle qui avait le plus de gaz et d'individualité.

Pour que les Bleuxv puissent rebondir et se construire un avenir à la hauteur du rugby de France encore faut-il apprécier à sa juste mesure la débâcle et l'état de faiblesse de cette équipe.

En juin, les Bleuxv étaient battus car en fin de saison et fatigués, pour cette tournée d'automne difficile de renouveler l'excuse, et en même temps on voit mal un communiqué de la fédé disant que toutes les grands-mères des joueurs du groupe retenus sont mortes la même semaine...

Au contraire cette fois on nous a vendu  l'excellence de la préparation du XV de France (on ne doit pas s'étonner des crampes de Picamoles : le propre du joueur évoluant par intermittence est de ne pas mesurer sa résistance sur le temps long), qui avec l'apparition de petits génies (Dupont, Belleau) devait permettre à cette équipe de passer un cap.

Au final on a rien vu, les débuts de l'ère Novès étaient marqués par des défaites encourageantes (admettons), mais désormais cela saute aux yeux, même des idolâtres, nombreux dans un milieu où le prêt à penser tient lieu de pensée réflexive, qu'au bout de deux ans aucun progrès ne soit visible, pire la régression est à l'oeuvre.

Changer Novès n'y changerait rien, c'est trop facile de changer les hommes pour que les structures et habitudes perdurent. S'il faut virer quelqu'un du staff, Bru semble tout désigné, d'abord parce qu'il a échoué avec Saint-André, ensuite parce que le jeu d'avant est médiocre et enfin parce qu'il nous prend pour des jambons de lapin de 6 semaines quand  il dit sur Rugbyrama  "Je suis optimiste pour le rugby français". Il est même content de l’intensité (ce qu'il appelle intensité c'est la durée des temps de jeu, or, je peux faire des passes et des petits tas pendant 3 jours, ça ne me dit rien de l'intensité si en face j'ai des fantômes... Bru est typique de ceux qui se cachent derrière des équations pour masquer la médiocrité de leur vision).  Bon en même temps il fait d'une victoire contre le Japon un objectif élevé. Voilà où on est rendu : espérer une victoire contre le Japon à la faveur des tests d'automne.

Chacun comprend dans ces conditions que la pente va être longue et raide dans les années à venir, tant ceux qui sont aux commandes ne voient pas (ou feignent de ne pas voir)  le mur vers lequel ils foncent en sifflotant le même petite musique du contentement béat de leur propre insuffisance. Or, pour rebondir il faut prendre pliement conscience que l'on a atteint le fond.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI