Le rapport Giazzi et la "qualité" de l'information

Le rapport de Danièle Giazzi, secrétaire nationale de l'UMP, intitulé "Les médias et le numérique"et remis le jeudi 11 septembre à Nicolas Sarkozy, prône une vaste dérégulation des médias. Il liste 34 recommandations".(Le Monde du 18/09/08)

Le rapport de Danièle Giazzi, secrétaire nationale de l'UMP, intitulé "Les médias et le numérique"et remis le jeudi 11 septembre à Nicolas Sarkozy, prône une vaste dérégulation des médias. Il liste 34 recommandations".

(Le Monde du 18/09/08)

Par mail, Vincent Truffy, rédacteur PaperRoll, attire notre attention : "Je signale également la mention dans le passage concernant Internet soulignant «le risque de baisse de la qualité de l'information disponible, les informations professionnellement construites et validées étant noyées dans un bruit de fond de plus en plus important», préludant le retour du vieux débat sur l'instauration d'une manière de "conseil de l'ordre" journalistique passant probablement par une labelisation ("information de qualité") plus que par un mécanisme de sanction. Il serait intéressant d'avoir votre sentiment à ce sujet".

 

Je réagis donc. Je plaide depuis des années, dans le désert, pour que la profession se saisisse de la question de la qualité des médias et organise elle-même, avant que le pouvoir ne le fasse, un minimum de régulation à l'échelle du pays. Depuis quelque temps, face à la multiplication des dérives médiatiques non sanctionnées, un besoin nouveau de se prendre en mains anime heureusement quelques confrères. Ceux-ci ont mis en oeuvre des démarches de débats et de sensibilisation et font des propositions, qui commencent à faire tache d'encre.

 

Il y a un an, a vu le jour une Association de préfiguration d'un Conseil de presse pour la France (APCP), dont je suis un des membres fondateurs.

La plupart de mes confrères m'ont ri au nez ou se sont opposés à cette démarche, arguant qu'une telle instance risquerait de réduire leur liberté d'expression, qu'elle fait penser à un Conseil de l'ordre des médecins, etc. C'est terrible de voir à quel point les journalistes ne savent même pas se renseigner sur la réalité des propositions qui sont faites et conservent leurs préjugés et leurs peurs, SANS MEME CONNAITRE LES ARGUMENTS avancés dans le dossier.

 

S'ils cherchaient vraiement à comprendre plutôt de critiquer impulsivement, ils comprendraient qu'un Conseil de presse, tel que nous l'avons imaginé en préfiguration, serait en fait une aide à l'indépendance rédactionnelle ainsi qu'un gage que nous, journalistes, donnerions au public sur l'exigence de qualité de notre travail.

 

J'ai depuis longtemps averti que si nous ne mettons en place nous-mêmes une telle possibilité de régulation (et non de contrôle), elle pourra nous être imposée de l'extérieur. Et notre profession, face au débveloppement de la technologie qui permet à tout un chacun de se croire ou d'être réellement journaliste, risque de perdre sa spécificité.

 

Une sorte de labellisation des sites internet est également à mon sens inéluctable. Au lieu de résister des quatre fers, nous ferions mieux d'aller au devant de cette exigence de qualité de la part du public et des autorités, pour faire des propositions qui tiennent compte de nos désiderata tout en répondant aux attentes du public et des acteurs.

 

J'invite ceux qui craignent que la régulation et la labellisation soient des armes contre nous à lire mon essai L'Information responsable, paru en 2006 aux éditions Charles Léopold Mayer...

 

Les Etats Généraux de la presse risquent d'évoquer cette question de la qualité sous un angle qui ne nous sera pas forcément favorable. Le rapport Giazzi, comme on pouvait s'y attendre, est d'abord un outil pour l'économie de la presse et le renforcement du pouvoir des éditeurs. Je serai bien étonné (mais ne préjugeons de rien) que celui des journalistes en sorte également accru.

 

Le mieux que j'en espère, au vu de l'évolution des événements, seraient l'annexion des chartes à la Convention collective et de nouvelles possibilités pour les médias sur Internet....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.