Nouvelle radio syrienne: Hawa Smart, un message de paix et de tolérance (2)

Ce billet est le second d’une courte série sur Hawa SMART, une toute nouvelle radio qui a été lancée le 1er janvier 2014  et qui est basée à Gaziantep, dans le sud de la Turquie à 50 km de la frontière syrienne. 

Publicité pour Hawa SMART Publicité pour Hawa SMART

Ce billet est le second d’une courte série sur Hawa SMART, une toute nouvelle radio qui a été lancée le 1er janvier 2014  et qui est basée à Gaziantep, dans le sud de la Turquie à 50 km de la frontière syrienne. 

Hawa Smart est la seule radio syrienne de l'opposition qui réussit à émettre en FM sur tout le territoire. Les Syriens l'écoutent à Damas, Alep, Homs, Hama, Idleb et Deir-Ez-Zor.

Cette radio est née de la collaboration entre le groupe SMART et nous, l'association française ASML (Association de Soutien aux Médias Libres, medialibre.fr). Le lancement a très bien marché puisque France Inter a réalisé un reportage de 40 minutes sur la radio (à écouter ici), la télévision néerlandaise également (ici) diffusé également en Belgique, tout comme RFI (ici).

 Vous pouvez écouter la radio en cliquant sur ce lien: http://tunein.com/radio/Hawa-SMART-1032-s204859/

 

 

UNE AUDIENCE NATIONALE

 

Cette radio, Hawa Smart se démarque des autres radios syriennes, nées après 2011, car elle est la seule qui diffuse en FM sur la grande majorité du territoire syrien. En effet, la plupart des nouvelles radios n’ont pas les capacités logistiques pour diffuser en FM à l’intérieur d’un pays en guerre. La plupart sont donc des “web-radios”, diffusant sur Internet. Or si en Europe on considère l'accès à Internet comme allant de soi, il n'en est pas de même en Syrie. La majorité des gens n’ayant pas d’électricité, ils ont encore moins d’Internet. L’audience de ces web-radio est donc malheureusement très faible.

C'est pour cette raison que les Syriens redécouvrent aujourd'hui les vertus de technologies plus anciennes comme la FM.

 

Carte de couverture FM de la radio Hawa SMART Carte de couverture FM de la radio Hawa SMART

 

Ali, directeur de Hawa SMART, explique: « La FM est la clé. Damas comme Homs sont inaccessibles, assiégées par le régime. De nombreuses populations sont isolées du monde et n’ont accès à aucune source d'information du monde extérieur. C’est d’abord à ces gens que nous voulons nous adresser. Leur dire que nous ne les oublions pas. Ensuite les aider à survivre. » Là, réside la magie de la radio. Les ondes passent les barrages, et traversent les lignes de front. Ce qui fait de la radio aujourd’hui le meilleur moyen pour atteindre des populations isolées par la guerre.

Zoya, présentatrice principale et directrice du service des actualités ajoute : « Quand je suis en direct, je suis toujours très touchée. C’est émouvant de se dire que les gens qui habitent Damas, cette ville que j’ai dû quitter, peuvent m’entendre. Même si je les ai laissés, je peux aujourd’hui les aider. »

Les programmes répondent à deux objectifs principaux. Le premier est de fournir à la population, des informations cruciales pour sauver des vies. Le second est de semer les graines d’un futur de paix, tolérant et démocratique.

 

Publicité pour la radio dans des médias partenaires imprimés et distribués à l’intérieur de la Syrie Publicité pour la radio dans des médias partenaires imprimés et distribués à l’intérieur de la Syrie


TRANSMETTRE UNE INFORMATION VITALE

 

Tous les matins la radio diffuse un programme économique qui fait un résumé des disponibilités, pénuries et coûts des produits de premières nécessités en fonction des régions. Présenté par Linda,  ce programme permet aux populations de savoir où se procurer du pain, de l’essence etc., mais aussi d’orienter le travail des humanitaires, en leur indiquant où les besoins sont les plus urgents. Un second programme, « Kif Al-tariq », (« comment sont les routes »), fait un point quotidien sur les déplacements possibles à l’intérieur du pays. Grâce aux reporters répartis aux quatre coins du territoire, le programme décrit comment se rendre d’un point A à un point B, en informant sur le positionnement des barrages et des checkpoints du régime et de ceux des radicaux islamistes, du positionnement des snipers, et dans quelles régions les gens doivent absolument rester chez eux. Enfin, un troisième programme quotidien, « Hakim Smart » animé par le docteur Oussama, donne des conseils médicaux, et envoie des alertes sur les cas d’épidémies, tout en fournissant des conseils aux populations locales sur les manières de les endiguer

 

Ali Safar interviewé par Christian Chesnot de France Inter Ali Safar interviewé par Christian Chesnot de France Inter

 

CONSTRUIRE LE FUTUR

 

Pourtant, l’objectif de la radio ne se limite pas à gérer l’urgence. L’équipe vise également à préparer le futur. Pour cela, elle a l’ambition de réduire les différences entre les Syriens.

Zoya détaille cet objectif: « Ce que nous voulons faire est d’instruire les Syriens sur la richesse et la variété des cultures qui composent notre nation. Nous voulons réduire l’incompréhension entre les différentes religions et ethnicités. Nous voulons qu’ils puissent s’identifier les uns aux autres, et que le Druze, le Chrétien, l’Alawite ou le Sunnite cessent d’être des étrangers les uns pour les autres. » C’est le but de l’émission « Ana Souri » (« Je suis Syrien ») qui informe des différentes cultures, met en valeur la richesse de la diversité, pour réduire la peur de l’inconnu, tout en promouvant l’identité nationale comme lien unificateur.

 

Publicité pour la radio posée clandestinement pendant la nuit le long de l’autoroute Publicité pour la radio posée clandestinement pendant la nuit le long de l’autoroute

 

Le programme « Hop, Hop » du nom des anciens bus de Damas, a un but similaire. Ce programme nous emmène faire le tour des villages et villes syriennes. À chaque émission, le programme s’arrête dans une localité particulière et l’on y découvre la vie quotidienne, avant et après le début de la révolution, les coutumes, plats locaux ainsi que la production culturelle locale.

Tous les jours également, du temps est réservé pour diffuser des chansons issues des populations Syriennes minoritaires. Hawa SMART diffuse ainsi des chansons kurdes, araméennes, tcherkesses, turkmènes etc. afin de sensibiliser les Syriens sur la beauté et la richesse du pluralisme culturel.

Ali conclue: « Depuis 2011, le régime de Bachar al-Assad essaye de monter les Syriens les uns contre les autres, les Chrétiens contre les Musulmans, les Kurdes contre tout le reste, et appelle « terroriste » tous ceux qui s’opposent à sa répression ou son pouvoir dictatorial. De notre coté nous répondons par un message de paix pour l’ensemble des Syriens. » 

 

Article rédigé par Armand Hurault

 

Photo du studio de Hawa SMART Photo du studio de Hawa SMART

 

Si vous vous demandez pourquoi on ne parle pas de l’actualité politique brulante du moment, vous trouverez une réponse ici: http://blogs.mediapart.fr/blog/asml/210114/paroles-syriennes-et-lactualite-politique

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.