ASML
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Paroles syriennes

Suivi par 11 abonnés

Billet de blog 8 nov. 2013

Chaîne de l’espoir: Appel d’une ville assiégée

Déraya – ville symbole de la non-violence syrienneEn ce début de novembre 2013, le conseil local de la ville de Déraya a organisé une campagne intitulée : « Déraya, une histoire d'espoir ». Parmi les différentes activités organisées dans le cadre de cette campagne, l’une d’elles, « chaîne d’espoir » a vu des dizaines de femmes et d'enfants de la ville sortir dans la rue pour former une chaîne humaine.

ASML
Association de Soutien aux Médias Libres (Ass. Loi 1901)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Déraya – ville symbole de la non-violence syrienne

En ce début de novembre 2013, le conseil local de la ville de Déraya a organisé une campagne intitulée : « Déraya, une histoire d'espoir ». Parmi les différentes activités organisées dans le cadre de cette campagne, l’une d’elles, « chaîne d’espoir » a vu des dizaines de femmes et d'enfants de la ville sortir dans la rue pour former une chaîne humaine. Défiant les bombardements quotidiens, ils se sont rassemblés en brandissant des pancartes décrivant leurs souffrances quotidiennes et appelant au lever du siège de la ville qui dure depuis près d’un an. Cette chaîne est tout autant un appel au monde, qui semble l’avoir oublié, qu’un sursaut d’espoir d’une population harassée et désenchantée après deux ans et demis de conflit.

© 

Tout au long de cette chaîne humaine, les habitants de Déraya brandissent des pancartes en arabe et anglais exprimant leurs souffrances quotidiennes. Ils demandent ainsi l’arrêt de l’encerclement et du blocus de la ville, l’arrêt des bombardements, l’ouverture de couloirs humanitaires et la réouverture des écoles.

© Armand Hurault

Alors que la révolution de mars 2011, se distinguait par les actions non-violentes et l’ingéniosité et la créativité d’une société civile dynamique, ce genre d’actions se fait malheureusement de plus en plus rare en Syrie. C’était pourtant Déraya, quartier situé à la périphérie de Damas, qui se démarqua dès les débuts des années 2000, et plus encore après le début de la révolution, par le dynamisme de sa société civile. Disciples spirituels du cheikh Jawdat Saïd, qui a prôné pendant des décennies la non-violence, de nombreux jeunes de Déraya se sont fait connaitre par leur pacifisme militant et subversif. En 2002, ils organisent ainsi une campagne citoyenne et balayent les rues de la ville, dénonçant de manière indirecte l’inefficacité des services publics, dans un pays ou toute critique est passible de prison ou de mort. Ils lancent ensuite une campagne anti-corruption par la distribution de calendriers, et essaieront plus tard de monter une bibliothèque.

© 

Depuis le début de la révolution, Déraya, petite ville de banlieue jusque là surtout connue pour la qualité de ses raisins, est devenue le symbole national de la lutte révolutionnaire pacifique contre le régime de Bachar al-Assad. Ce sont les jeunes de la ville qui ont lancé les premières manifestations pacifiques en mars 2011. Durant ces manifestations, ils offraient des fleurs et des bouteilles d’eau, durant les mois les plus chaud de l’été 2012, aux soldats chargés de leur tirer dessus. Ces jeunes ont également teint les fontaines du centre de Damas en « rouge-sang », pour rappeler à la bourgeoisie du centre-ville qui se trouvait alors bien loin de la crise, la nature sanglante de la répression. Durant les premiers mois de la révolution ils organisèrent de nombreuses actions pacifiques de ce type.

© 

Mais Déraya, a payé un prix élevé pour ce désir de liberté. Depuis fin 2012, la ville est assiégée et sous embargo. La nourriture se fait rare, et les populations doivent endurer des bombardements journaliers. Il n’y a pas d’électricité, et les enfants non scolarisé depuis plus d’un an oublient peu à peu comment lire et écrire. La ville est aujourd’hui dévastée, et les populations sont à bout. Les actions de la société civile se font de plus en plus rares, voire sont presque inexistantes. Cette ville qui était emblématique de l’espoir en une Syrie future fondée sur la liberté, la société civile, et la non-violence, est démoralisée par la tournure qu’ont pris les événements au niveau local et national. La population syrienne se retrouve entre le marteau et l’enclume. Le marteau du régime répressif de Bachar al-Assad et l’enclume des djihadistes, qui se sont renforcés au grès de la militarisation du conflit à partir de 2012. Ces derniers ne sont pas plus tolérants que le premier à l’égard de la liberté ou de la société civile. 

© 

Cependant, en ce début du mois de novembre, cette société civile démoralisée a relevé la tête. Et c’est bien le thème de l’espoir qui est encore au centre de cette initiative. Bravant leur peur, leur découragement et les bombardements, les habitants de Déraya sortent dans la rue pour former cette « chaine de l’espoir ». Et espèrent que leur détermination, qui a été une inspiration pour toute une génération de Syriens, puisse encore avoir une influence sur le futur d’un conflit qui s’aggrave de jour en jour.

Peu de temps avant de mourir sous la torture, Ghiyath Matar, célèbre militant de Déraya écrivait : « Nous avons choisi la non-violence, non pas par manque de courage ou de faiblesse, mais par conviction. Nous ne voulons pas d'une victoire par les armes qui détruirait au passage le pays entier. Nous voulons y arriver par la force morale, et c'est pourquoi nous tiendrons cette ligne jusqu'au bout. »

Vous pouvez retrouver plus d’information sur le mouvement pacifique de Déraya dans l’article d’Isabelle Mayault, « Deraya, berceau du pacifisme en Syrie », les deux articles de Caroline Donati: « En Syrie, l'armée d'Assad massacre les habitants qui n'ont pas pu fuir Daraya » et « Syrie : le récit du massacre de Daraya », dans celui de Razan Zeituneh « One Revolution is not Enough », ou encore celui de Mohja Kahf « Choosing Non-violence in Deraya ».

 Armand Hurault

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement