Le plus grand graffiti de Syrie

Le plus grand graffiti de Syrie sur un mur de Yalda - photo partagée sur la page Facebook de l'artiste Le plus grand graffiti de Syrie sur un mur de Yalda - photo partagée sur la page Facebook de l'artiste

Cette semaine Paroles Syriennes vous propose de revenir sur un article publié par Syria Untold et vous propose sa traduction en Français. Cet article traite de la manière dont les Syriens utilisent les espaces publics pour s'exprimer. Après trois ans de conflit, les peintures murales et graffitis ont recouverts les murs qui sont restés debout. L'artiste Ram Hasan, avec un groupe de jeunes, a décidé de réaliser la plus grande fresque murale de Syrie.

 

Depuis les messages écrits sur les murs de l'école de Deraa, jusqu'aux dessins et graffitis qui ont recouverts les murs à travers le pays, le "street art" a été au coeur de la révolution Syrienne depuis ses débuts en mars 2011. Dans un contexte où toute forme d'expression est réprimée, les jeunes artistes véhiculant des messages de liberté et de justice ainsi que les lieux de leur expression sont devenus des cibles du régime.

Dans le prolongement de ce "street art" qui a fini par caractériser la révolution, l'artiste Ram Hasan a collaboré avec un groupe connu sous le nom de "Le peuple syrien connait sa voie", ainsi qu'avec plusieurs autres artistes et militants. Ensemble, ils ont eu l'idée de réaliser le plus grand graffiti jamais peint sur un mur Syrien. Leur oeuvre, qui a été réalisée dans des conditions extrêmement difficiles fut terminée le 12 octobre 2013.

Travail préparatoire Travail préparatoire

Choisir la ville fut la première étape. Les militants ont considéré la région de la Ghouta (région autour de Damas), comme étant une des premières à avoir rejoint la révolte. Elle est également internationalement célèbre pour avoir subi les attaques chimiques qui coûtèrent la vie à des centaines de personnes, dont de nombreux enfants. Dans la Ghouta, la ville de Duma connue pour ses manifestations et son opposition permanente au régime était un des candidats. Mais finalement, les militants décidèrent de réaliser le graffiti à Yalda, une ville située dans la banlieue sud de Damas. "Nous avons choisi Yalda, à cause du rôle de sa jeunesse, qui a été aux premières lignes du mouvement de manifestations pacifique et de désobéissance civile à Damas", rapporta un des militants à Syria Untold.

Le défi suivant rencontré par les artistes fut que, dans ces villes symboles de la résistance syrienne, la plupart des murs ont été détruits. C'est le cas de Yalda, qui a été assiégé, la cible de bombardements permanents et le théâtre de confrontations armées, qui ont détruit la plupart des murs de la ville. Les militants ont donc dû modifier leur plan initial d'un graffiti de 5 mètres de haut sur 4 de large, afin de l'adapter au plus haut mur qu'ils ont pu trouver dans la ville. Ils ont passé dix jours à le faire.

Le résultat est une grande fresque représentant un enfant de dos. Au dessus de sa tête, un avion de combat largue une pluie de bombes, à laquelle l'enfant fait face avec son propre avion en papier.

Les artistes sont déterminés à poursuivre leur travail et à réaliser des fresques similaires dans d'autres villes. En d'autres termes, "c'est notre manière de crier que nous sommes toujours debout, et de rappeler au monde et aux autres Syriens que nous continuons à vivre sous le siège." 

 

Article publié en Anglais sur Syria Untold et traduit par Armand Hurault

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.