Projet de documentaire: les enfants de la terre

Cette semaine le blog Paroles Syriennes désire vous présenter le travail de Mohammad, un jeune Syrien, et son projet de film documentaire sur les enfants vivant dans les camps de déplacés à l’intérieur du pays.

Les enfants sont en effet les premières victimes du conflit qui fait rage depuis 2011. Non seulement, étant les plus fragiles, ce sont eux qui ressentent le plus durement les privations dues à la guerre. Mais la plupart des écoles étant fermées depuis plus d’un an, la guerre est en train de créer toute une génération d’analphabetes, pour qui la violence et la guerre sont les deux valeurs cardinales.

 

Les enfants de la terre © Armand Medialibre

 

La vidéo présentée est un extrait du projet de film de Mohammad. Il se déroule à Serjila, site historique de ruines romaines dans le nord du pays, à l’est de Marat al-Numan, qui a été réinvesti par une trentaine de familles de déplacés. Durant cette séquence, les enfants jouent à construire une école, puis à faire une leçon. Très touchante pas son humanité, cette séquence, à l’image du film, veut faire la lumière sur la situation des déplacés syriens restés à l’intérieur de la Syrie, et donc sans accès à l’aide internationales, le tout à travers le regard des enfants. Mohammad capture de manière convaincante l’ambiance du camps, mais aborde aussi des sujets graves, comme la façon dont la guerre a modifié leur comportement jusque dans les plus petits détails de leur quotidien (les enfants jouent à se protéger des bombes, font des entrainements militaires etc.). Pourtant, la force du projet tient à ce que Mohammad garde constamment un regard très humain, réaliste mais résolument optimiste.

 

Ce documentaire est encore à l’état de projet, et Mohammad cherche des soutiens pour le réaliser, ainsi que des contacts avec des télévisions qui voudraient le diffuser. Si vous pouvez lui donner un coup de pouce, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires et nous ferons suivre l’information. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.