Le chimique et moi

« Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable. Si vous commettez l'erreur tragique d'utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez », déclarait Barack Obama. Mr X, dont l’anonymat est préservé pour ne pas l’exposer davantage, nous raconte dans ce texte son expérience du « chimique » en Syrie. Mr X est un ancien prisonnier d’opinion communiste, détenu dans les geôles assadiennes durant 15 ans.

« Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable. Si vous commettez l'erreur tragique d'utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez », déclarait Barack Obama. Mr X, dont l’anonymat est préservé pour ne pas l’exposer davantage, nous raconte dans ce texte son expérience du « chimique » en Syrie. Mr X est un ancien prisonnier d’opinion communiste, détenu dans les geôles assadiennes durant 15 ans.

 

Le chimique et moi

Texte original traduit par l’équipe ASML

 

Celà remonte déjà à 25 ans. Ce jour-là, je suis tombé dans une embuscade dans la rue. Je me suis débattu en vain: ils étaient plus d’une dizaine à m’arrêter, membres des moukhabarat (renseignements) militaires de la section “Palestine”.

Conférence de presse de Darraya - 31/01/2013

 

Leur commandant, Abd el-Karim Abbas, m’a conduit au siège de la section. Son chef Mazher Fares m’y a accueilli en personne, avec un groupe de ses officiers  pour une séance de « dialogue ». Elle n’a duré qu’une minute : quand il m’a demandé de dire tout ce que je savais, parce qu’ils étaient des démocrates et n’aimaient pas la violence, mon léger sourire sarcastique a suffi pour mettre fin à cette séance de « dialogue citoyen ».

 

 

Ils sont alors passés au traitement réservé aux « bandes armées », avec toute la violence nécessaire. Ce fut le début de longues séances de torture où l’usage d’aucune de leurs armes ne me fut épargné. Il y a eu la « chaise allemande », puis l’homme qui frappait « comme un mulet avec ses sabots » et qui m’a cassé le nez (le « mulet » en question a fini par crever, à ma grande joie), puis les menaces de torturer ma mère devant moi, en me faisant entendre sa voix pour montrer qu’elle était bien là, puis la torture effective de ma femme sous mes yeux…

Conférence de presse de Darraya - 31/01/2013

 

J’avais eu aussi les ongles arrachés, et les jambes étirées à tel point que j’ai eu une fracture du bassin. Inconscient, je fus ramené à la vie par les
drogues d’un de leurs médecins criminels. Mais ce fut pour les entendre me menacer d’avoir recours à la chimie – à l’époque, Obama n’avait pas encore déclaré que l’usage d’armes chimiques était une ligne rouge…  Alors ils ont amené leur arme : une seringue emplie d’acide dont ils ont commencé à m’asperger sur les bras et les jambes, surtout sur les articulations. J’étais par terre, attaché, mais je pouvais voir, par dessous le bandeau qui me cachait les yeux, ma peau et ma chair qui brûlaient lentement, devenant des tâches noires de sang coagulé… La douleur était terrible. Mais toutes les douleurs qui avaient précédé me rendaient incapable d’appréhender cette nouvelle douleur.

Conférence de presse de Darraya - 31/01/2013

 

Alors, laissez-nous tranquilles avec ces menaces d’usage d’armes chimiques! Après nos quarante mille martyrs, ou peut-être deux fois plus, après toutes ces destructions, ces ruines, ces réfugiés et ces torturés, il ne reste plus de place pour de nouvelles souffrances dans nos cœurs - et surement pas pour ces douleurs que causeraient des armes chimiques.

Mr X, le 7/12/2012

 

Texte original en Arabe

أنا والكيماوي

في يوم منذ خمسة وعشرين عاما تم اعتقالي من الشارع بكمين من فرع فلسطين للمخابرات العسكرية وبعد معركة غير متكافئة بيني وبين أكثر من عشرة عناصر من الفرع قادوني بزعامة الرائد (حينها) عبد الكريم عباس إلى الفرع وهناك استقبلني رئيس الفرع مظهر فارس مع لفيف من ضباطه بجلسة "حوار" استمرت دقيقة واحدة طلب مني فيها أن اقدم كل ما اعرفه لأنهم ديموقراطيين ولا يميلون إلى العنف وكانت ابتسامتي الساخرة كافية لانهاء جلسة "الحوار الوطني" تلك والبدء بالتعامل مع "العصابات المسلحة" بالعنف الواجب وبدأت جولات وصولات التعذيب التي لم يدخروا فيها استعمال كل أسلحتهم... الكرسي الألماني ، فلبطة من حافر كديش (صار الآن في عداد الفاطسين وبشماتة ) كسرت أنفي، فتهديد بتعذيب أمي أمامي بعد اسماعي صوتها كدليل للحضور، فتعذيب فعلي لزوجتي أمامي.. فقلع للأظافر..ففسخ وصل إلى حد كسر في عظام الحوض وغياب عن الوعي ثم استعادته بجهود عقاقير "طبيبهم المجرم" وأخيرا جاء دور التهديد بالكيماوي!!!!... ووقتها لم يكن أوباما قد اعتبره خطا أحمر ... فأحضروا سلاحهم الكيماوي حقنة مليئة بالحامض(الأسيد) وبدؤوا برشها على مواقع مختلفة من أطرافي مستهدفة كل مفاصلي.. وأنا مكبل مرمي على الأرض كنت أتلصص من تحت الطماشة وأراقب جلدي ولحمي اليحترق ببطء ويتحول إلى لطاخات داكنة من الدم المتخثر...... كان مؤلما حقا ولكن الآلام التي سبقته لم تترك لي فسحة التمتع بألم جديد .. فحلوا عن طيزنا بتهديداتكم باستعمال الكيماوي (إن وجد!!) فبعد أربعين ألفا من شهدائنا وربما أضعافهم وبعد كل هذا الدمار والخراب والتشريد والاعتقال لم يبق للقلب ما يبكيه ولا فسحة للتمتع بألم جديد يسببه الكيماوي ..

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.