Shakespeare chez les réfugiés

La tente Shakespeare au camp Zaatari en Jordanie La tente Shakespeare au camp Zaatari en Jordanie

Le camp de réfugiés syriens Al-Zaatari se trouve en Jordanie. Après avoir ouvert en juillet 2012, il s’est rapidement peuplé pour accueillir aujourd’hui 104,000 réfugiés d’après le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR).

Dans ces camps, même si les besoins les plus vitaux des réfugiés sont majoritairement pris en charge, de sévères lacunes persistent. Par exemple, à Zaatari, moins de 40% des enfants sont scolarisés.

C’est dans ce contexte que Nawar Bulbul a lancé une initiative pour le moins originale. Il a en effet décider de monter un atelier théâtre pour 100 enfants du camps, durant lequel ils jouent deux pièces de Shakespeare: Hamlet et le Roi Lear.

La princesse Cordelia dans le roi Lear La princesse Cordelia dans le roi Lear

 Pour ces enfants traumatisés par l’extrême violence dont ils ont été les victimes, ou tout du moins les témoins directs, le théatre est un fantastique outils pour leur permettre de s’exprimer et extérioriser des blessures laissés par près de trois ans de conflits. À travers toute une série d’activités, ce projet vise à redonner le moral à ces enfants désoeuvrés, mais surtout à s’occuper de leur détresse émotionnelle et leur donner les moyens d'être de nouveau fonctionnels dans la société.

Au commencement, beaucoup doutaient que les enfants de Zaatari puissent être capables de jouer du théatre. Et encore moins des pièces de Shakespeare, dont le contexte du 17ème siècle semble si loin de leur quotidien. Mais visiblement, ils n’ont pas trouvé le texte ni compliqué à comprendre ni à jouer.

Vidéo Shakespeare parmi les réfugiés au camp de Zaatari (Jordanie) © Armand Medialibre

Mais ce projet dépasse le cadre du théâtre. En filigrane se dessine un message à destination du monde. Un des objectifs du projet semble également d’utiliser la langue de Shakespeare, ainsi que les références culturelles du monde occidental, afin d’attirer l'attention sur le sort des enfants syriens. Et également de montrer une image positive et courageuses de ces enfants, afin que le monde sache que malgré la guerre, la violence et les privations, ces enfants restent créatifs, courageux, déterminés, et par dessus tout désireux d’apprendre. Ils leur manquent juste des écoles! C’est à nous de leur donner les moyens de ne pas devenir une génération perdue.

 

Ces enfants présenteront leur pièce le 27 mars à l’occasion de la journée internationale du théâtre. Les décors seront réalisés à partir de matériaux de récupération trouvés dans le camps de réfugiés.

 

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter la page Facebook du projet : https://www.facebook.com/ShakespeareinZaatari

La radio Hawa SMART, présentée dans des billets précédents a fait un reportage sur ce projet, que vous pouvez écouter ici: https://soundcloud.com/hawa-smart/26-2-2014-19

Article rédigé par Armand Hurault

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.