lers humains (4) : le langage ordinaire

Parmi les nombreux systèmes symboliques que les humains ont construits et utilisés, je ne suis pas seul à penser que le plus important est le langage ordinaire. Pour l'humain moyen, sa langue maternelle ; celle dans laquelle il pense ;ou celle qu'il pratique pour les mille petites démarches de la vie quotidienne, (déplacements, travail, achats, rencontres triviales, tâches ménagères, etc...) .

Jer voudrais dire  ce que je crois savoir de ce langage ordinaire ; de ce qu'il est ,dans les plus de mille langues qui subsistent encore chez les humains. Autrement dit, ses propriétés générales, indépendamment des civilisations et des cultures.

D'abord, il s'agit bel et bien d'un système symbolique. Toute langue est composée de "mots", dont chacun est un symbole , relié mentalement à un caractère ou à une part du réel, tel que le conçoivent à peu près tous les membres du groupe humain qui parte cette langue. Je ne sais plus qui a dit "Une langue, c'est une manière'de découper le monde." J'ajouterais :"et de penser/dire comment on voit son fonctionnement et son histoire".

Comme tout système symbolique, une langue a son "lexique", la liste des mots qu'elle utilise .Dans une langue "vivante", cette liste n'est pas fixe :des mots disparaissent de l'usage, d'autres sont créés ; et le lexique n'est pas le même pour tous ceux qui parlent la même langue . des mots sont "marquéd" comme vulgaires ou prétentieux, comme usuels ou "de métier", comme nationaux ou régionaux, précis ou vagues, etc...Toute langue est "produite" par les interactions sociales de ceux qui la parlent . La langue est sociale, et historique. On reconnaît un texte ancien d'un autre contemporain à coup sûr. Le lexique des langues ordinaires est beaucoup plus riche, et évolutif, que celui des autres systèmes symboliques.

J'ai évoqué, dans le précédent article, les règles qui prescrivent le "fonctionnement" de tout système symbolique  , de formation et transformation d'expressions, d'"opérations" appliquées aux expressions.Aucune langue n'est dépourvue de de type de règles , qu'on nomme communément "grammaire" et "syntaxe". Ces règles sont, elles aussi, évolutives.

Que ce soit pour son lexique ou ses règles , une langue "ordinaire" est beaucoup moins stricte que les autres systèmes symboliques .D'abord, par son caractère historiquement évolutif. Et, aussi, parce que, dans les sociétés modernes, chaque langue comporte des "sous-langues" particulières à un goupe, à un milieu, à une activité, tout en continuant d'appartenir au langage commun à l'ensemble de la population qui le parle.

Cette richesse, ces pratiques différenciatives, cette historicité, font qu'une langue "ordinaire" est un système symbolique extrêmement divers et "flexible". Cela facilite son rôle de "truchement" entre d'autres systèmes symboliques. On a pu dire que, dans notre pays, tous les cours scolaires "sont des cours de français". Un énoncé mathématique, une loi politique, un dispositif scientifique expérimental, sont "dits et pensés en français", chez nous. Et, ailleurs, dans la langue du pays.. En même temps, richesse et flexibilité" favorisent les "faux sens", les "inexactitudes", les interprétations multiples d'un même texte (comme on le voit si bien au théâtre...)

La langue ordinaire est "linéaire" : elle déroule ses formes dans le temps, les mots se succédant. Un tableau, par exemple, n'est pas linéaire : il présente tous ses éléments simultanément. Cette linéarité se retreouve dans l'écrit, et peut être balancée par des illustrartions, des schémas, des modèles non linéaires.

On doit distinguer l'oral et l'écrit. Dans l'usage parlé d'une langue ordinaire, les symboles linguistiques sont accompagnés et modifiés par des scansions, des intonations, des timbres de la voix ;et par des expressions du visage, des attitudes et gestes corporels. L'écrit est dénué de cette richesse supplémentaire. Et, donc, le "lu", ou "récité", ou "déclamé", ou "interprété" est plus divers que le texte  ainsi "vocalisé".

Les fonctions individuelles et sociales du langage ordinaire sont multiples :

-appel, alerte, convocation ou congédiement

--information (donnée ou demandée), orientation de l'attention du récepteur

-description (d'une situation, d'un objet, d'une pensée, etc...)

- narration (raconter une histoire, faire un compte-rendu de son activité, etc...)

-d'expression (état d'esprit, sentiments, jugements , opinions, propositions, etc...)

-de "formalisation" : mise "en langage" de savoirs, savoir-faire, théories, etc...

-de commandement, prescription, conseil, mise en garde, etc...

Le langage ordinaire est vecteur de l'inévitable "fonctionnement idéologique"  : emplois erronés ou illusoires de mots et expressions ; sensibilisation affective à certains mots ; croyance en des relations causales non vértifié à coup sûr par les faits, etc...

Le langage ordinaire est notre outil-arme de chaque jour. Il y aurait encore beaucoup à en dire...mais les commentaire vont, à coup sûr, compléter et rectifier.

A tous, merci d'avance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.