Croire, nécesité humaine

Chacun croit des choses, inévitablement. D'abord, parce que nous sommes des mammifères, qui savent sans avoir appris ni compris : ce qui se mange, ou pas ;ce qui est dangereux ou bénin; ce qu'il faut faire dans chaque situation. On appelle ça "instinct" et/ou "conditionnement". Ca ressemble à des croyances absolues. mais qui sont mises en échec, notamment par appeaux et leurres. Le taureau ne peut apprendre  à se contrefoutre des capes et muletas, et il y laisse sa peau.

A nous, humains, maintenant. Je crois fermement que je peux toucher le bout de mon nez avec mon index droit...jusqu'au jour où une dégradation nerveuse ou cérébrale sournoise m'en empêchera, sans que j'aie pu le prévoir...Je crois que le jour se lèvera demaijn..jusqu'au jour où...Je crois ce qu'on m'a appris, jusqu'au moment où... Autrement dit, toutes nos croyances peuvent, plus ou moins complètement, plus ou moins vite, nous décevoir.

Ah! mais non, pas ma vraie croyance, celle qu'aucune expérience ne peut mettre en doute ...comme celle du taureau? Ben, non...parce que cette croyance, elle ne m'est pas tombée du ciel, on me l'a apprise, je ne l'ai pas trouvée toute faite en naissant. Mais alors, ce n'est pas une croyance, c'est un savoir?  ...ni l'un ,ni l'autre, c'est une foi, qui n'a pas à être justifiée, et qui ne doit pas être discutée!

Alors, là, on est dans l'affect, mes amis. "Tomber" amoureux, je connais, j'ai donné...ça n'a , ni^à être justifié, ni à être discuté, d'accord...Mais ça n'a jamais été au point de ne pas remettre une seule fois en cause, ici ou là, telle parole, tel acte de la personne qu'on aime. Justement parce qu'on l'aime, et qu'on a besoin de mettre au net ce qui peut masquer ou bousculer cet amour. On est dans l'humain! Et je sais bien qu'on peut tomber amoureux d'ne garce, ou d'une belle histoire, une utopie, ou d'un mystérieux appui qu'on n'a pas besoin de voir, ni d'entendre (il y a des exceptions, graves!).

Mais renoncer à se rendre compte qu'on est dans l'affect, prendre ses désirs ou ses espoirs pour des réalités? Humain, aussi. Le dire nous fait entrer dans un domaine nouveau, inventé par notre espèce : le rationnel. Nos cousins animaux sont incapables de renoncer à leurs "croyances" absolues, au point d'y laisser leur vie. Nous aussi, parfois, mais pas toujours, heureusement.

Nous sommes les seuls animaux à pouvoir savoir que nous savons (ou ne savons pas), savoir que nous croyons ; et, hélas, croire que nous savons.

Pas si sapiens, tout ça...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.