le sens de la vie

La vie n'a pas de sens. Ou, plutôt, pas de sens hors d'elle-même. La vie veut vivre, et rien d'autre ; la vie sert à vivre...Mais nous, primates particuliers, avec nos caractères de faber, socius, loquens, sapiens, ne sommes pas satisfaits de cet état de choses. Pour nous, tout doit avoir un sens. Alors, nous en fabriquons : ne sommes-nous pas faber? Et ce sens doit satisfaire notre nature biologique, qui fonctionne par choix/rejets. Oui, ou non, ce qui n'est, ni recherché, ni rejeté, "n'existant pas"...Conformément à cela, nous avons inventé bon/mauvais, vrai/faux , juste/injuste, et bâti des histoires de sens. Mais en même temps, nous avons exploré, prospecté, imaginé, essayé, pensé. Et nous avons accumulé des savoir-faire et des savoirs, qui ne cadrent pas toujours avec nos systèmes de sens. Nous nous en arrangeons plus ou moins, de manières ingénieuses ou brutales.

Il est très difficile, et très inconfortable, de bâtir des compromis entre nos pensées contradictoires, entre nos désirs divergents. Nous voulons savoir ; mais, en même temps, que ce savoir corresponde à nos exigences de sens. Pour comble, nous sommes tous différents, et chacun a sa "personnalité", pas même en harmonie avec elle-même. Et nous sommes sociaux, incapables de vivre autrement que dans la compagnie de nos congénères. Des vivants et des morts, avec lesquels nous sommes toujours en relation par leurs "oeuvres" de toute sorte :objets techniques , esthétiques, symboliques, idées et systèmes d'idées.

Le sens de notre vie, c'est à nous de l'élaborer, un peu à tâtons, un peu raisonnablement...et, ce qui serait un progrès, sans destructions ni massacres. Bon courage, mes frères et soeurs!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.