un auto-test de langage

Chose promise, chose dûe : de quoi vous amuser un quart d'heure, et peut-être ensuite réfléchir longuement...

1/ matériel : une feuille de papier , un crayon, une montre

2/  fonctionnement du test :

a/se donner un mot courant, banal, comme "maison", ou "manger", etc... (ou en demander un à un proche). l'inscrire au centre de la feuille.

b/ pendant cinq minutes (repère:montre), écrire au hasard tout les mots auxquels le premier vous fait penser, "en nuage autour du centre"

c/ pendant 10 à 15 minutes, pas plus : tracer des traits entre les mots écrits, montrant les "liens direcrs" entre ces mots (de toute sorte : son, signification, grammaire, souvenir personnel, technique ou science dans lesquels on les trouve,histoire, etc...). Si on veut écrire de nouveaux mots, employer une autre couleur.

3/ exploitation du test : noter le nombre de mots total (éventuellement, par couleur) : repère de la richesse de votre vocabulaire

ranger les mots par catégories : grammaticales, de "mémoires appelées" (anecdotes perso, scolaire, technique, d'actualité, d'activités habituelles, etc) ;  de nombre de liens attachés . Vous pouvez décider d'autres catégories de classement.

observer la densité et la répartition de votre réseau de liens attachés au mot "déclencheur" : combien de liens "directs" (partant du centre) ; combien d'"arbres", combien de liens "transversaux" (entre deux branches isolées)

Remarques

C'est une sorte de "brain storming" solitaire et langagier. C'est aussi une variété de "test associatif"(si vous ne connaissez pas ces expressions : dictionnaire ou Wikipedia).

Vous pouvez comparer les réseaux obtenus par deux personnes, à partir du même mot déclencheur.

Vous pouvez décider de refaire le test, à 3 mois (1 an) d'intervalle, avec le même mot central, mais sans regarder le premier réseau que vous aviez écrit

on est souvent surpris par le nombre et la diversité  des mots du "nuage", par la nature des liens qu'on a tracés.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.