Marseille Capitale

 

Une ville suffisamment connue, suffisamment inconnue, pour qu’il y ait ce plaisir-là, celui du regard neuf.
Marseille Capitale, destination J1.
Méditerranées, une expo qui dit l’espace commun, le passé commun, l’histoire commune, de Troie à Tyr, puis Athènes, Alexandrie, L’Andalousie, Gênes, Venise, Alger, Tunis…Marseille…
Aujourd’hui, hier, avant-hier mêlés, témoignages de voyage d’un Ulysse début 21° siècle parti avec une caméra : des grecs en colère mangeant à la soupe populaire ; une famille égyptienne dans la bibliothèque d’Alexandrie, la fille a étudié l’Allemand pour pouvoir partir ; un couple formé d’un espagnol et d’une nigériane qui a fait le chemin de l’exil enceinte, depuis son arrivée elle a eu un autre enfant ; objets, reproductions de tableaux, croquis, visites guidées…La jeune fille du vestiaire m’explique que, lors du printemps arabe, le travail de conception de l’expo était déjà en cours, ils ont choisi d’accentuer l’aspect « mare nostrum».
Contente de me poser un peu, je me dirige vers un espace libre à côté d’une personne métis, asiatique ? Africaine ? Réunionnaise ? Je ne sais même pas affirmer son sexe…ses vêtements ont la propreté des gens qui se changent plusieurs fois par jour « Attention ne vous asseyez pas trop prés de moi ; je n’aime pas, quand je ne connais pas ! »
Nous sommes au 3° étage d’un hangar dont les deux autres niveaux sont encore en service. Dans une vitrine une maquette de l’épave romaine trouvée il y a quelques années au cœur de Marseille ; à travers les vitres bleutée, celle de la vitrine et celle de la fenêtre, je vois le Tassili II de la compagnie Algérie ferries qui se prépare au départ ; en arrière-plan, les coupoles de N-Dame la Major, des grues, magie des temps superposés…un paysage qui se nourrit des époques passées et vibre sous le soleil d’aujourd’hui…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.