Ephèbe d’Ebène

Son profil grec repose sur l’oreiller.

Un torse digne de Praxitèle, s’échappant à moitié de la couette molletonnée, monte et descend au rythme de sa respiration régulière.

Il a le calme olympien du sommeil sans rêve, pourtant cette vision me plonge dans des pensées homériques.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.