Billet de blog 28 mai 2009

Rires et tongs à Bamako

Bamako, la semaine dernière, après-midi enrobée de chaleur sèche, quarante et deux degrés centigrade, larges pierres de pavage rouges, poussière, bitume traversé à la hâte entre les passages de voitures et motos, pieds d’ocre.

Claire Malbos
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bamako, la semaine dernière, après-midi enrobée de chaleur sèche, quarante et deux degrés centigrade, larges pierres de pavage rouges, poussière, bitume traversé à la hâte entre les passages de voitures et motos, pieds d’ocre.

Sur ce chemin entre l’habitation et le restaurant, à peine dépassés 4 jeunes gaillards prenant le repos en discutant, voici que ma semelle se décolle et ne tient plus que sous le talon.

Zut, que fait-on, pousser jusqu’au resto, rebrousser chemin ? Deux fois 200 mètres, ou 350 ? Bah, de toute façon, enlever mes sandales, ça c’est sûr, et marcher à pied.

Quelques rires et commentaires se détachent dans mon dos…ah, la jeunesse en profite pour une petite moquerie distrayante, bien venue sous cette chaleur ...

Puis : « Madame !… Madame ! ».

Je me retourne et vois l’un de ces magnifiques jeunes hommes me tendre en toute simplicité la paire de tongs de son copain, assis pieds nus sur une courte chaise de bois. « Tenez Madame, mettez-les, c’est mieux ! », avec quatre grands sourires.

Moi, grands yeux ouverts : ces tongs ont vécu, mais peuvent vivre encore longtemps. Elles coûtent un jour de salaire, et qui sait depuis quand celui là n’a pas eu de salaire …

Je prends les tongs après avoir assuré de les ramener (« si tu veux, gardes les, pas de problème »), et ainsi chaussée, rejoins ma chambre où je changerai pour ma deuxième paire de sandales.

Dix minutes après, retour des tongs à leur propriétaire légitime, heureux de son prêt. Effusions réciproques, amples et simples, respect mutuel, remerciement, rires, l’évènement était bon, tout le monde est content.

Voila, c’était une scène de la vie ordinaire, dans un pays où les gens n’ont rien, tout en sachant encore l’offrir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart