Billet de blog 29 mai 2008

Labul
Tintinnabuleur
Abonné·e de Mediapart

Petite histoire d'un grand sourire

– Mais enfin, Mona Lisa, si ça continue je ne pourrai jamais finir cette toile avant l'été. Votre sourire ! Où est passé votre sourire ?– Leonardino chéri, vous savez bien que ce sourire, c'est mon sourire d'après l'amour !

Labul
Tintinnabuleur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

– Mais enfin, Mona Lisa, si ça continue je ne pourrai jamais finir cette toile avant l'été. Votre sourire ! Où est passé votre sourire ?
– Leonardino chéri, vous savez bien que ce sourire, c'est mon sourire d'après l'amour !
– Vous êtes le diable en personne ! Nous avons fait l'amour ce matin. Il faut aussi ajouter les deux fois d'hier, et... (il compte sur ses doigts) les quatre fois d'avant-hier. Aucun homme, fut-il un amant exceptionnel, un génie de l'extase, ne saurait tenir un tel rythme sans y perdre la santé. Que dis-je ? La vie !
– Mais, Leonardino, vous n'êtes pas un homme comme les autres ; vous êtes le grand Da Vinci ! Et puis, pour quelques minutes d'étreinte, vous avez pu peindre six longues heures aujourd'hui. Il est grand temps, mon bon Maître, de redonner un peu de vigueur… à mon sourire.


Caché derrière sa toile, Da Vinci ne disait mot. Alors, Mona Lisa décroisa les mains, repoussa avec délicatesse le voile qui lui couvrait le haut du front et se pencha pour attraper le bas de sa robe. Et tandis que les volutes de soie noire glissaient lentement le long des longues jambes pâles de son modèle, Leonardo da Vinci pensa, résigné et inquiet : "Pourvu... pourvu que tout cela ne se devine pas en regardant cette toile."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel