Le spectacle à distance.

La possibilité d’action doit être une condition pour légitimer la possibilité de contempler la souffrance vécue à l’autre bout du monde. Celle ci marche de pair avec le spectacle ainsi réalisé produisant une séparation à l’intérieur d’une seule et même individualité. Par le biais de représentations spectaculaires qui, via la morale, séparent la capacité d’un agir commun, social, une réalisation individuelle, nous pouvons en toute légitimité jouir de cette pulsion de regard.

 

Il n’y à aucun problème à n’être nullement impliqué dans la vie publique de la cité, il suffit de pouvoir penser l’action comme possible, ou mieux, de fournir une somme d’argent si petite soit elle pour pouvoir penser quelques minutes qu’il s’agit d’une action collective. Le but n’est pourtant pas le commun, mais notre propre et petite individualité qui paie son besoin de voir pour s’assurer de son efficience, de son rayonnement à travers le monde.

 

Cette morale qui nous implique dans un besoin de voir à échelle mondiale serait sans doute plus utile si elle nous servait à échelle micro locale. Si nous pouvions réapprendre à voir ce qui se passe autour de nous, sans doute serions nous plus impliqués dans cette réalité publique qu’on nous donne comme séparée de notre existence individuelle.

 

Il est selon moi dépassé de s’en prendre à la morale, constatant que cette force collective ne nous laisse pas la possibilité de jouir librement de nos désirs assouvis. Cette même morale, à une échelle différente peut nous ramener au sol raboteux de l’ordinaire, nous faire voir ce que nous ne voyons pas parce que nous avons établit un système ou il n’est plus nécessaire de voir ni de penser en dehors de certaines zones spécifiques. Ces zones, dans lesquelles nous nous rendons pour pouvoir voir ce que nous ne voyons pas d’ordinaire, ou ce que nous ne voyons pas par nous même, nous maintiennent dans une certaine sociabilité à l’intérieur des structures de ces zones.

 

Penser, mais plus que cela, réaliser l’agir public, c’est sans doute questionner ces zones ou l’on se rend pour travailler, se divertir, s’extirper du domaine privé de quelque chose. Ce quelque chose, on peut sans doute le retrouver lorsque nous cessons de voir cette extra-ordinaire représentation spectaculaire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.