tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 95 abonnés

Billet de blog 12 juil. 2015

14 juillet [La Nuit des Fleuves] aux Suds à Arles

Ce mardi 14 juillet, le festival nous propose un des ces événements majeurs : [La Nuit des Fleuves]. Journée spéciale en dehors du rythme habituel du festival puisqu’elle comprend plus de 15 concerts gratuits.

tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Petit aparté géographique ; c'est à Arles que s'ouvre le delta du Rhône. L'eau est ici partout, que l'on soit au bord des quais chers à Van-Gogh, ou le long du littoral qui sépare les embouchures du Petit et du Grand Rhône. Ce mariage du fleuve et de la mer fait du territoire d’Arles un lieu sans pareil.
Pour célébrer cette particularité, le festival axe sa journée spéciale sur ce thème des fleuves et des deltas. Après le Danube, le Nil et le Guadalquivir des éditions précédentes, place au Mississipi cette année, en résonance avec les 10 ans de l’ouragan Katrina.

Inspiré par la série américaine Treme qui met en scène la reconstruction d’une ville en Louisiane, suite au passage de l’ouragan où la musique y est centrale pour favoriser les liens sociaux et valoriser l’énergie de ses habitants suite à cet événement dévastateur.

Mêler la musique de la Nouvelle-Orléans et du Pays Occitan, voilà le programme!
On y retrouvera la Roquette (polyphonies occitanes), Pierlau Bertolino Trio (blues expérimental), Cedric Watson Trio (musique cajun), Sarah Qhintana (jazz), Ukandanz (jazz éthiopien)...

Raphël Imbert, saxophoniste et compositeur français, viendra présenter son nouveau projet : Music is my Home, en compagnie des bluesman Alabama Silm, Big Ron Hunter et la chanteuse Sarah Quintana.
Pendant 3 ans, Raphaël Imbert a parcouru les musiques traditionnelles et populaires dans le « Deep South » (sud des Etats-Unis). Associant à ce projet des artistes américains, il donne naissance à un répertoire original, entre références aux racines de la musique américaine et improvisations contemporaines. Le projet a été enregistré en France, avec les musiciens de la Compagnie Nine Spirit, dont la batteuse Anne Paceo. L’idée de Raphaël Imbert était de ramener en France un panel de musiciens qu’il avait pu croiser lors de son voyage et laisser libre court aux échanges.
C'est sensiblement inspiré de John Lee Hooker, de Lightnin' Hopkins, ou encore de Mighty Mo Rodgers, tout en restant moderne et plus hétéroclite.
« Rhythm'n’blues is not dead », et c’est une bonne chose.

Raphaël Imbert - Music Is My Home (Project Introduction) © JazzVillageMusic
Big Ron Hunter and Raphael Imbert: Watermelon Man © Music Maker Relief Foundation

Consultez tous les événements de la journée du 14 juillet sur le site du festival : http://www.suds-arles.com/la-nuit-des-fleuves.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat