Le Gai Savoir
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 96 abonnés

Billet de blog 15 juil. 2012

Le Gai Savoir
Abonné·e de Mediapart

Algérie(s) 1/4 : Plenel « il faut créer un imaginaire positif »

Les énergies ne manquent pas pour surpasser les conséquences des temps des colonies, 50 ans après l’indépendance. Dialogues avec les invités des Suds.

Le Gai Savoir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les énergies ne manquent pas pour surpasser les conséquences des temps des colonies, 50 ans après l’indépendance. Dialogues avec les invités des Suds.

Edwy Plenel  : « il faut créer un imaginaire positif »

Lors de sa conférence fleuve sur le thème « Vérité et Réconciliation, pour une nouvelle fraternité franco-algérienne » la moustache de Mediapart donne un discours de la méthode pour arriver à la paix et l’amour entre les peuples qui vivent déjà ensemble. Extraits.


     "  Vérité et Réconciliation, pour une nouvelle fraternité franco-algérienne. J’ai proposé ce sujet là, déjà parce qu’il y a bien sûr cet anniversaire qui est un double anniversaire: l’anniversaire de l’indépendance du peuple algérien et l’anniversaire, pourquoi s’en cacher, d’une déchirure française. Donc comment parler de cet anniversaire, comment l’évoquer alors qu’il traverse des millions de nos compatriotes, comment sortir du piège de la revanche ? De la concurrence des victimes, des batailles de mémoires ou de ce que certains appellent la repentance ? Comment arriver à regarder en face cet anniversaire dans toute sa dimension? Un demi siècle, c’est beaucoup. Et puis, en même temps, dans cette idée de parler de ça et en cohérence avec tout ce qu’a fait Mediapart cette année où nous avons lancé cet appel à cette nouvelle fraternité franco-algérienne, c’est l’idée d’une vérité de l’histoire, d’une réconciliation des mémoires. En même temps, je me suis dit que parler de ça, et je trouve que la campagne électorale l’a prouvé, c’est véritablement parler de nous et c’est profondément parler de ce qui travaille en profondeur notre pays et qu’il faut qu’on arrive à guérir, à apaiser, qu’on arrive à se réunir autrement que dans la violence, la détestation, la haine, cet appel à la concurrence des identités, cette idée qu’il y a toutes sortes de fantômes qui hantent la maison qu’est la France, qui sont des fantômes du passé et qui font surgir du point de vue métaphorique, idéologique, médiatique des diables du présent, une diabolisation de l’autre. De l’étranger, du musulman, de l’Arabe, de celui qu’on ne connaît pas, qu’on ne voit pas bien, qu’on ne comprend pas bien. Nous sommes dans cette situation là. Et des imaginaires, il ne sert à rien de leur faire la leçon, ça ne sert à rien de dire, « ah, ça c’est raciste, ah ça c’est pas bien, ça c’est mal. » On ne fait pas la morale à des passions. Pour affronter et apaiser ces passions, il faut recréer un autre imaginaire. Un imaginaire positif. Quand il y a un imaginaire de régression, de tension, de bataille, de repli, de peur, et la peur qu’on ne maîtrise pas, il n’y a qu’une seule réponse possible. Pour moi c’est l’invention méticuleuse, patiente, tenace, déterminée, d’un imaginaire commun. Alors de ce point de vue, pour moi c’est pour ça que cet anniversaire, c’est pas seulement une date anniversaire et puis après on parle d’autre chose, je pense que c’est au coeur de notre histoire.

« pour affronter et apaiser ces passions, il faut recréer un autre imaginaire »


C’est évidemment au coeur de la relation entre l’Algérie et la France, entre le peuple algérien et le peuple français, c’est évidemment au coeur d’enjeux propres au peuple algérien lui-même, par rapport à ses dirigeants actuels qui, eux aussi, instrumentalisent l’histoire, en font une idéologie pour empêcher la pluralité des mémoires, des récits, une diversité, bien sûr qu’il y a ça de notre côté, mais de l’autre côté, il y a aussi un travail spécifique à faire. [...]

Ce passé, ça ne sert à rien de dire, « oh, il faut se libérer du passé. » Ce passé il est là. C’est une histoire très présente, 132 ans de relations entre la France et l’Algérie, de relations dans un rapport de domination mais aussi d’échange ; non seulement de violence de la conquête mais aussi de découvertes, de rencontres, de mélanges des cultures, d’apprentissages divers et variés, de curiosité, il n’y a pas eu que de la violence. 132 ans, c’est une très longue histoire et c’est une histoire qu’on ne peut pas effacer et qui marque profondément notre communauté nationale. Quand je dis qu’elle la marque, bien sûr qu’il y a la part algérienne de notre peuple mais la part algérienne de notre peuple n’est pas seulement l’histoire de l’immigration qui, avant 1962 comme après continue et crée une histoire commune mais c’est aussi le fait que, je disais des millions mais Benjamin Stora évalue à huit millions, pourrait-on dire six, sept, huit millions de Français directement concernés mais par extension vous imaginez les familles, vous imaginez les descendances, si vous prenez cette mémoire algérienne qui est au coeur de notre peuple dans sa diversité.

[...] Nous sommes face à une histoire qu’il faut raconter factuellement, méticuleusement, en sortant de toute idéologie, en n’essayant pas de grandir ou d’abaisser, en regardant les faits, en regardant toutes les violences : l’Histoire ne juge pas, l’Histoire n’est pas un tribunal moral, il faut bien dire les choses. En même temps, il faut accepter cette idée qu’à côté de cette histoire il y a un travail de la mémoire et qu’il y a des mémoires blessées, des mémoires non-apaisées. D’où cette idée de « vérité de l’Histoire » et de
« réconciliation des mémoires ».
Quel est l’enjeu au présent ? Je fais partie de ceux qui pensent qu’il ne s’agit pas que d’une rupture concernant la relation entre la France et l’Algérie. 1962 est la date qui détermine notre histoire française présente. Et tant que nous ne l’aurons pas dénouée, tant que nous ne l’aurons pas affrontée et assumée, tant que nous en ferons une guerre de religions, nous piétinerons dans notre histoire d’aujourd’hui, nous serons en régression. "

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza