tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 93 abonnés

Billet de blog 15 juil. 2016

Anouar Brahem et Emir Kusturica, les contrastes des Suds à Arles

Les Suds traversent au fil des jours toutes les cultures, les rythmes et les couleurs. Durant ces dernières 24h, deux concerts peu ordinaires joués au théâtre Antique mettent en lumière les contrastes du festival : Anouar Brahem, le virtuose du oud tunisien et Emir Kusturica avec son rock balkanique débridé.

tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les Suds traversent au fil des jours toutes les cultures, les rythmes et les couleurs. Durant ces dernières 24h, deux concerts peu ordinaires joués au théâtre Antique mettent en lumière les contrastes du festival : Anouar Brahem, le virtuose du oud tunisien et Emir Kusturica avec son rock balkanique débridé.

Anouar Brahem

Joueur de oud tunisien très réputé, il modernise avec brio la musique traditionnelle arabe avec du jazz et des musiques nouvelles.
Anouar Brahem, qui signe sur le prestigieux label de jazz ECM, est très méticuleux sur le rendu sonore, tout semble millimétré et mesuré parfaitement.

Anouar Brahem Quartet © Olivier Hoffschir
Anouar Brahem © Olivier Hoffschir
Anouar Brahem Quartet © Olivier Hoffschir

Concert particulier à Arles, puisque chose rare, il a accepté de jouer en extérieur, sur la grande scène du théâtre Antique.
Le spectacle est poignant. Les musiciens du quartet sont discrets, effleurant leurs cordes, presque invisibles sur l’immense scène du théâtre. Et pourtant, cette musique transporte par sa subtilité et sa grandeur.
Anouar Brahem mène cette traversée, les autres musiciens l’entourent sur scène, échangent parfois des regards ou quelques sourires avec lui. Mais l’échange le plus intense se fait entre les notes de la clarinette basse, de la darbouka, de la basse et du oud. 

Anouar Brahem Quartet © Olivier Hoffschir

En 2008, un 14 juillet aussi, les Suds recevait sur cette même scène le poète palestinien Mahmoud Darwich pour un récital en musique accompagné du Trio Joubran. Trois semaines plus tard, il décèdera dans un hôpital à Houston après une intervention chirurgicale.

Anouar Brahem lui dédie son dernier projet « The Astounding Eyes of Rita »,  qui fait référence à « Rita et le fusil » issu de l'œuvre du poète palestinien.
Il ne le connaissait pas personnellement mais souhaitait rendre hommage « au poète, au Palestinien et au grand humaniste qu'il était. » confiait-il au Monde.

Le oudiste tunisien ne prendra le micro que pour présenter les trois musiciens et cet hommage, une révérence émouvante envers le poète palestinien qui nous souligne une nouvelle fois ces liens tissés malgré les frontières.

Anouar Brahem Quartet © Olivier Hoffschir

Emir Kusturica and The No Smoking Orchestra

Changement d’ambiance mais pas de décor avec le concert qui s’est déroulé la veille d'Emir Kusturica and The No Smoking Orchestra.

Emir Kusturica and The No Smoking Orchestra © Olivier Hoffschir

Des musiques balkaniques frénétiques à la sauce garage que huit mecs s’éclatent à faire sur scène. Ils n’ont pas l’air sérieux une minute, ça se marre, ça bouge beaucoup.
Dès le troisième morceau, plusieurs invitées exclusivement féminines montent sur scène. Emir Kusturica fait l’animateur, la grand frère joueur, le lourdingue.

Emir Kusturica © Olivier Hoffschir

Mais l’énergie attendue dans ce concert se fait attendre pour n’exploser que sur la dernière partie. Et elle provient indéniablement du groupe The No Smoking Orchestra, pas si non fumeurs que ça par ailleurs.

Longtemps considéré comme un groupe marginal, No Smoking Orchestra, initialement appelés Zabranjeno pušenje a toujours eu à cœur de se démarquer du rock’n’roll occidental. L’emprunte balkanique et soviétique est bien là, avec ce jeu de scène qui semble désorganisé, cet humour corrosif, tout en dénonçant la face cachée de la Yougoslavie communiste – univers dans lequel le cinéaste puise lui aussi son inspiration.

No Smoking Orchestra © Olivier Hoffschir
Emir Kusturica © Olivier Hoffschir

La filmographie de Kusturica est centrale tout au long du concert, où on parcourt de morceaux en morceaux ses films « La vie est un miracle »« Le temps des gitans », « Chat noir-Chat blanc » ou encore son dernier film « On the milky road ».

Entre chaque morceau, un interlude du thème la panthère rose, fil conducteur loufoque de ce concert. C’est tout aussi saugrenu que ces 3 notes des Pink Floyd jouées avant de partir sur leur fameux « Fuck you MTV », dont Emir Kusturica prend un malin plaisir à faire répéter le public.

Emir Kusturica and The No Smoking Orchestra © Olivier Hoffschir

Hommage à la culture de l'autre et légère saveur d'anarchie pour ces deux concerts bien différents au sein de ce même lieu magistral.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef