Chronique photographique du vendredi, aux Suds à Arles

Jolie coïncidence pour cette journée aux sonorités arabes et méditerranéennes tombée le même jour que la fin du ramadan. Résumé en images.

> Mieko Miyazaki et Franck Wolf, duo délicat franco-japonais où le saxophone de l’alsacien s’emmêle avec le koto, cette longue cithare japonaise.

Mielo Miyazaki et Franck Wolf © Olivier Hoffschir Mielo Miyazaki et Franck Wolf © Olivier Hoffschir

 > Gnawa Tribe, groupe franco-marocain, explore la tradition gnaouie mêlé de rock et folk.

Gnawa Tribe © Olivier Hoffschir Gnawa Tribe © Olivier Hoffschir

 © Olivier Hoffschir © Olivier Hoffschir

 > Sirventès - Trois troubadours, c’est ainsi qu’ils se définissent - le galiléen Youssef Hbeisch aux percussions, Grégory Dargent au oud menés par Manu Théron au chant - revisitent la tradition du Sirventès. Courant artistique et musical du XIIIè siècle, résolument contestataire, dénonçait les puissants ecclésiastiques ou sociaux de l’époque. 

Lors du concert, Manu Théron nous situe chaque histoire avant de nous la conter en langue occitane. La musique qui l’accompagne, aux percussions douces et cordes subtiles, nous transporte dans ces comptines sarcastiques.

Sirventés © Olivier Hoffschir Sirventés © Olivier Hoffschir

Manu Théron (Sirventès) © Olivier Hoffschir Manu Théron (Sirventès) © Olivier Hoffschir

Grégory Dargent (Sirventés) © Olivier Hoffschir Grégory Dargent (Sirventés) © Olivier Hoffschir

 

 > Dhafer Youssef, compositeur, chanteur et oudiste tunisien nous présentait son dernier opus « Birds Requiem ». Empreint de lyrisme arabe, de traditions soufies et de jazz, le tout surplombé par sa voix hors du commun. Pour la petite histoire, dès son plus jeune âge, le muezzin de son village Teboulba en Tunisie l’encourageait à enregistrer l’appel à la prière.

Le tunisien était accompagné sur scène du pianiste estonien Kristjan Randalu, du percussionniste Ferenc Nemeth et de Phil Donkin à la contrebasse. Un beau métissage musical dont on restera frustré que ce ne soit pas plus long, comme nous l’a fait remarqué l’artiste.

Dhafer Youssef © Olivier Hoffschir Dhafer Youssef © Olivier Hoffschir

Dhafer Youssef © Olivier Hoffschir Dhafer Youssef © Olivier Hoffschir

Dhafer Youssef © Olivier Hoffschir Dhafer Youssef © Olivier Hoffschir


> Titi Robin
, grand habitué des Suds, présentait sa nouvelle collaboration avec Mehdi Nassouli, « étoile montante de la scène marocaine » dixit le compositeur français. La surprise ne s’arrêtait pas là puisqu’ils étaient vite rejoint par Foulane Bouhssine surnommé « le prince du ribab », Habib Meftah Bousheri aux percussions et Francis Varis à l’accordéon (déjà croisé la veille avec Chamamémusette). Qualifié de blues méditerranéen, l’harmonie est parfaite et très dansante. En résulte une bonne énergie dans le public, qui assistait à une soirée sous le signe de l’orient et de la méditerranée avec une belle coïncidence, puisqu’elle tombait en même temps que la fin du ramadan.

Titi Robin et Mehdi Nassouli © Olivier Hoffschir Titi Robin et Mehdi Nassouli © Olivier Hoffschir

Titi Robin © Olivier Hoffschir Titi Robin © Olivier Hoffschir

Foulane Bouhssine © Olivier Hoffschir Foulane Bouhssine © Olivier Hoffschir

Mehdi Nassouli © Olivier Hoffschir Mehdi Nassouli © Olivier Hoffschir


> The Wanton Bishops
 - blues garage libanais accompagné sur scène par l’électrique oudiste Mehdi Haddab. Détonant.

The Wanton Bishops & Mehdi Haddab © Olivier Hoffschir The Wanton Bishops & Mehdi Haddab © Olivier Hoffschir

Mehdi Haddab © Olivier Hoffschir Mehdi Haddab © Olivier Hoffschir

 

> Retrouvez la galerie complète des photos de la journée : 
https://www.flickr.com/photos/daidix/sets/72157656031359195/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.