tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 95 abonnés

Billet de blog 30 juin 2015

L'électro lisboète de Batida, aux Suds à Arles

Le 15 juillet à partir de 23h - Nuit des Forges, au Parc des Ateliers.

tpetitberghien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 15 juillet à partir de 23h - Nuit des Forges, au Parc des Ateliers.

© 

Batida, de son vrai nom Pedro Coquenão, est un vidéaste, producteur et DJ issu de la nouvelle scène lisboète. Batida, de son vrai nom Pedro Coquenão, est un vidéaste, producteur et DJ issu de la nouvelle scène lisboète.
Batida signifie « rythme » mais c’est aussi le nom de beaucoup de compilations pirates qui circulent dans les rues de Luanda, la capitale de l’Angola dont il est originaire.

Sa musique est faite pour danser, aucun doute là-dessus. Une base de Kuduro (littéralement « cul dur » en portugais) ; un mélange de semba, d’électronique et de musique africaine, avec des samples de vieux films angolais et des titres d’afrobeat. C’est fourni, complexe, mais très enivrant.

Son deuxième album « Dois », publié en 2014 chez Soundway Records est directement inspiré de son récent voyage à Luanda, et de ses rencontres multi-culturelles faites à Lisbonne ces deux dernières années.

Lisbonne, son terrain de jeu, connait un engouement important pour la musique africaine.
“Depuis deux ans, les choses ont beaucoup changé, reconnaît le chanteur angolais Anselmo Ralph. Le public portugais, jusque-là marginal, compte aujourd’hui pour 30 % des ventes de disques de kizomba (NDA. un autre rythme angolais). Et ce n’est pas tout : le Portugal, pour un artiste africain, est devenu une carte de visite prestigieuse et un passeport pour le reste de l’Europe.”
José Moura est l’un des quatre fondateurs de Príncipe Discos, un label qui produit des artistes montants issus des quartiers africains de Lisbonne. “[ça] ... n’a rien de nouveau, et ces rythmes africains pleins de langueur et de sensualité sont présents au Portugal au moins depuis les années 1970. Nous avons grandi avec. La nouveauté, aujourd’hui, c’est le mélange entre ces cadences de toujours et les rythmes de la musique black.”
(source : Courrier International « Lisbonne, ses banlieues, ses rythmes africains » )

Sur scène, Batida aime être entouré par d'autres musiciens, des MCs, des danseurs accompagnés de projections vidéo pour illustrer chaque morceau. Un excellent cocktail d’afro-house pour un concert qui sera remuant. 

Le 15 juillet à partir de 23h - Nuit des Forges, au Parc des Ateliers.
http://www.suds-arles.com/artiste-detail-2015.html?artiste=BTD

© 
Batida - Alegria © SoundwayRecords

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Écologie
En Isère, dans les bottes de la police de l’eau
Dans le département de l’Isère, une vingtaine d’agents sont chargés de réaliser les contrôles pendant les périodes de sécheresse. Arme à la ceinture, mais en privilégiant la prévention à la verbalisation.
par Maïté Darnault et Mathieu Périsse (WeReport)
Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal — Amérique du Nord
La républicaine Liz Cheney battue à la primaire par une pro-Trump
La vice-présidente républicaine de la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021 paie son opposition à l’ancien président. Ce dernier a soutenu sa rivale, l’avocate Harriet Hageman, qui a remporté mardi la primaire dans le Wyoming.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis