Billet de blog 14 août 2008

La manif? C'est au parc du Bambou Violet

Annoncés mi-juillet, des espaces de protestation avaient été prévus pendant les Jeux Olympiques: trois parcs de la capitale où les manifestants peuvent sur inscription crier librement leur colère et défendre leur cause. Premier bilan mitigé: ces parcs restent vides alors que les inscrits remplissent les commissariats.

Jordan Pouille
Journaliste reporter
Pigiste Mediapart
© NTDTV

Annoncés mi-juillet, des espaces de protestation avaient été prévus pendant les Jeux Olympiques: trois parcs de la capitale où les manifestants peuvent sur inscription crier librement leur colère et défendre leur cause. Premier bilan mitigé: ces parcs restent vides alors que les inscrits remplissent les commissariats.


C'est Rowan Callick, journaliste australien à Pékin qui dresse le bilan de fréquentation de ces zones de protestations, un modèle éprouvé à Athènes en 2004 et aux j.o. d'hiver de Salt Lake City en 2002. Sans surprise, la plupart des demandes de manifestations pékinoises ont été rejetées

Signe qui ne trompe pas: les chauffeurs de taxi ont recu la consigne du département de la sécurité publique à Pékin de mentionner tout passager qui souhaiterait se rendre dans l'un de ces trois "parcs de la colère": le parc du Ritan, le parc du Monde et le parc du Bambou violet. Les informations recueillies sont le nombre de passagers, une description physique, la nationalité, l'endroit où ils ont pris le taxi et toute conversation intéressante qu'aurait pu comprendre le chauffeur. Par conséquent, des chauffeurs préfèrent refuser la course, prenant le risque d'une amende.

Chaque demande de manifestation doit être établie cinq jours à l'avance et inclure l'identité, l'adresse et les slogans des organisateurs. Comme l'explique le New York Times, les manifestants ne peuvent pas remettre en question l’unité nationale ni la stabilité sociale. Du coup, toutes les demandes de manifestations se voient refusées.

Parmi ceux qui avaient prévu de manifester, on trouve les membres de la Ligue des Patriotes qui ont souhaité s'insurger contre l'arrivée aux Jeux du premier ministre japonais Yasuo Fukuda, à bord d'un avion militaire japonais. Leur demande a été rejetée. Autre exemple: Ge Yifei, médecin de 48 ans. Elle souhaitait manifester sa colère contre l'attitude de fonctionnaires de Suzhou, sa ville natale près de Shanghai, à propos d'un terrain à bâtir. Alors qu'elle négociait sa "manif" avec les policiers de Pékin, des policiers de Suzhou se sont rendus sur place la ramener à la maison. Les portes-parole des parents des enfants victimes de l'effondrement de leurs écoles pendant le tremblement de terre du Sichuan qui devaient manifester légalement contre la corruption de leur gouvernement local, ont été bloqués à l'aéroport de Chengdu (capitale du Sichuan) par les policiers locaux. Dernier exemple: Tang Xuecheng, originaire du Henan. Il s'est inscrit il y a une semaine afin de protester seul contre un autre cas de corruption locale. Il vient d'être arrêté et escorté vers sa région natale. Ce genre de manifestations est monnaie courante en "province". Elles sont couvertes par les médias chinois mais ne trouvent jamais de relais à Pékin, lieu du pouvoir central.

Le journaliste australien Rowan Callick s'est enfin rendu dans le magnifique parc de Ritan Gongyuan, vieux de 478 ans et l'une des trois espaces dédiés aux manifestants légaux. Il n'y a vu aucun manifestant, aucun panneau pour signaler l'endroit mais seulement quelques policiers et des vieilles dames adeptes du tai chi, des musiciens à la retraite, des joueurs de cartes. Le directeur du parc Dong Liyang, qui emploie 100 ouvriers, lui a expliqué qu'il n'avait recu aucune consigne de la part de ses supérieurs concernant d'éventuels rassemblements et qu'il n'avait, de fait, rien aménagé de particulier.

Quoiqu'il en soit, je donnerais beaucoup pour assister à l'une des réunions des membres du PCC qui aboutissent à ce genre de décision absurde. J'imagine qu'il doit y avoir deux camps. D'un côté, les vieux apparatchiks amoureux de Mao qui se fichent pas mal des protestations des pays étrangers et les autres, plus jeunes et partisans d'une ouverture aux idées de l'occident, par conviction ou peur de perdre la face.

*La vidéo montre l'arrestation de Christiane Chan qui manifeste régulièrement pour le Tibet. Ici à Hong Kong, lors d'une compétition équestre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali