Une hirondelle à Pékin

La flamme Olympique s'est éteinte cet après-midi. Avant de tourner définitivement la page pékinoise, je voulais revenir sur une athlète qui m'a particulièrement marquée, la reine du Nid d'oiseau. J'ai nommé : Yelena Isinbayeva. La Russe est au sommet du saut à le perche féminin depuis les Jeux Olympiques de 2004 à Athènes où elle avait été championne olympique en sautant 4 m91.

La flamme Olympique s'est éteinte cet après-midi. Avant de tourner définitivement la page pékinoise, je voulais revenir sur une athlète qui m'a particulièrement marquée, la reine du Nid d'oiseau. J'ai nommé : Yelena Isinbayeva. La Russe est au sommet du saut à le perche féminin depuis les Jeux Olympiques de 2004 à Athènes où elle avait été championne olympique en sautant 4 m91. Depuis, elle a fait du chemin en battant à chaque fois son propore record du monde de quelques centimètres. En 2005, elle devient ainsi la première femme à atteindre les 5 mètres.Un mois avant les Jeux Olympiques, elle établit un nouveau record du monde à 5 mètres 04, au meeting de Monaco.

 

Le formidable stade "le Nid d'oiseau" de Pékin était fait pour elle. Elle qui suspend le temps lorsqu'elle frôle de ses plumes sa branche préférée. Alors, elle choisit de ne rentrer dans l'arène qu'à partir de 4 mètres 70.... qu'elle passe sans problème. Elle laissera ses concurrentes sur le bord de la route à 4 mètres 85 et ne sera plus que face à elle-même, à sa propre performance.
Elle place la barre à 5 mètres 05, un centimètre au-dessus de son record. Après deux essais infructueux, elle se prépare pour sa dernière chance d'être la reine du nid d'oiseau. Et soudain, elle s'élance, la perche se dresse et son corps passe, ne touche pas la barre.... Elle est désormais l'oiseau le plus rare du monde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.