Jour J: Mediapart retrouve les Hu Tong

Ayant déambulé toute la journée, Lei a les chevilles en compote. Comme des milliers de Pékinois, elle a appris la nouvelle sur cctv et s'est présentée à l'entrée d'un nouveau quartier inauguré en grandes pompes jeudi midi. Voici Qian Men et ses derniers Hu Tong, séparé de la Cité Interdite par la place Tian An Men. On les croyait disparus, ils nous reviennent clinquants et ressuscités après 15 mois de travaux. Par ici la balade...

Ayant déambulé toute la journée, Lei a les chevilles en compote. Comme des milliers de Pékinois, elle a appris la nouvelle sur cctv et s'est présentée à l'entrée d'un nouveau quartier inauguré en grandes pompes jeudi midi. Voici Qian Men et ses derniers Hu Tong, séparé de la Cité Interdite par la place Tian An Men. On les croyait disparus, ils nous reviennent clinquants et ressuscités après 15 mois de travaux. Par ici la balade...

Sa visite a commencé par les ruelles adjacentes encore en travaux et se poursuit le long des artères principales Shi lan et Qian Men, devenues depuis ce jeudi des rues pavées exclusivement commerçantes et entièrement piétonnes. Avec ses briques luisantes, ses temples factices, ses vitrines pimpantes et ses statues qui camouflent des poubelles: la comparaison avec Disneyland est plus que tentante. En bonne parisienne, Lei, toutes proportions gardées, pense aux anciens chais de la cour Saint-Emilion à Bercy, rénovés en 1995. Dans ce quartier de Hu Tong rénovés, des dizaines de journalistes étrangers battent le pavé. Micro à bout portant, un reporter américain s'avance vers une jeune Chinoise: "Do you love China?". La question est peut-être trop cavalière ou la demoiselle ne comprend pas l'anglais: elle fait mine de s'excuser et s'efface. Lei est déçue: elle s'attendait à une réponse franche faisant échos aux milliers de drapeaux, t-shirts, fanions et tatouages rouges qu'arborent fièrement les Pékinois de tous âges en ce jour de fête.

 

 

Après une balade balisée à Qian Men, les promeneurs traversent la route à quatre voies et s'avancent sur la place Tian An Men. Des policiers en uniforme procèdent à la fouille des sacs. D'autres, en civils, surveillent chaque mouvement. Les bouteilles pleines ou vides resteront aux abords. Au beau milieu de la place, immense, le symbole des JO brille entre deux immenses panneaux en mandarin, non traduits. Le panneau de gauche: "Des invités du monde entier viennent pour nos J.O.". Le panneau de droite " La réforme économique et l'ouverture de la Chine forment une mélodie harmonieuse". Pas de doute, nous sommes bien en Chine. La nuit tombe et les flashs crépitent. L'entrée de la Cité Interdite s'illumine.

 

Si tout le monde ne pourra assister, le lendemain, à la cérémonie d'ouverture des Jeux programmée à l'intérieur du stade national olympique, chacun saura en profiter: le vendredi 08 mai a été décrété jour férié à Pékin. Dégourdie, Lei s'est procuré le précieux sésame pour assister à la cérémonie de la XXIXe olympiade. Le stade ouvrira ses portes à 16h et le show débutera à 18h pour atteindre son paroxysme deux heures plus tard, soit le 08 août 2008 à 20h. Prochain épisode, donc...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.