Foi de bloggeur, He Kexin avait bien 14 ans

Un petit bloggeur chinois a peut-être fait vaciller le CIO. Après qu'il ait déniché puis rendu publics des documents officiels chinois prouvant l'âge de la gymnaste chinoise He Kexin, le CIO s'est finalement résigné à ouvrir une enquête. Explications...

Un petit bloggeur chinois a peut-être fait vaciller le CIO. Après qu'il ait déniché puis rendu publics des documents officiels chinois prouvant l'âge de la gymnaste chinoise He Kexin, le CIO s'est finalement résigné à ouvrir une enquête. Explications...Le 14 août, la petite polémique naissait dans les médias officiels chinois avant d'enfler en occident: la gymnaste chinoise He Kexin (何可欣) aurait 14 ans et non 16, l'âge minimum requis pour participer à la compétition olympique. Le China Daily avait ressorti de vieilles dépêches de l'agence Xinhua sur lesquelles on pouvait lire 1994 comme étant la date de naissance de He Kexin. Le 18 août, He Kexin remportait la médaille d'or devant l'Américaine Nasta Liukin.

 

 

Las, le 19 août, un jeune bloggeur chinois mène l'enquête sur la toile, en 3 heures chrono. L'intrépide garçon se fixe un planning de recherches en ligne et confie les fruits de son travail à un bloggeur américain, dont les pages sont hébergées aux USA et donc hors d'atteinte de tout censeur. Sur ce blog, le garçon donne des éléments difficilement réfutables qui devraient ainsi gêner le CIO. .

 

Lesquels? Notre bloggeur chinois, qui se méfie de CNN tout comme de la cybercensure de l'Etat chinois s'est emparé des moteurs de recherche. Sur Google, il constate que des pages de sites officielles ont été effacées. Sur Baidu un moteur de recherche chinois, il reste des traces tout-à-fait intéressantes. Le fichier cache (celui qui reste en ligne quelques jours quand vous avez effacé l'original) du registre des gymnastes, que les fédérations régionales de gymnastique complètent en ligne, est toujours accessible ici (pour combien de temps?). Notre bloggeur procède ainsi à de précieuses captures d'écran, chose que ne fera pas le New York Times et qui permettra aux autorités chinoises d'effacer certaines pages, supprimant dès lors toute preuve du forfait. Ce que notre bloggeur a déniché est ni plus ni moins qu'un document officiel du ministère chinois des sports (www.sport.gov.cn) dont voici de toutes petites captures d'écran: Dans les versions 2006 et 2007 du registre en ligne, l'année de naissance de He Kexin est bien précisée, il s'agit de... 1994. He Kexin a donc bien 14 ans.

 


Et l'internaute chinois de conclure "attention, il ne s'agit en aucun cas d'un post anti-chinois. Je me fiche pas mal de l'âge de la gymnaste. Je veux prouver qu'il sera toujours possible de contourner la censure du gouvernement".

 

Par solidarité, des dizaines de lecteurs ont procédé à une sauvegarde de ces fameux fichiers cache sur leurs propres blogs, conservant, pour l'honneur, une preuve désormais indélébile de l'âge de He Kexin. Cela dit, si la Chinoise venait à perdre sa médaille, cela n'enlèverait rien au bilan très positif des Jeux de Pékin. Les athlètes s'accordent à dire que l'organisation de l'événement était bon, avec un accueil chaleureux. Cerise sur le gateau, ils n'ont pas eu a subir cette fameuse pollution de l'air que beaucoup craignaient.

 

MISE A JOUR vendredi 22

Le CIO a demandé l'ouverture d'une enquête après que ces fichiers aient été révélés sur la Toile. Ce matin, un article du Times révèle à son tour le processus.

 

"The investigation was triggered as a US computer expert claimed yesterday to have uncovered Chinese government documents that he says prove she is only 14 - making her ineligible to compete in the Olympics - rather than 16, as officials in Beijing insist is her age.

Mike Walker, a computer security expert, told The Times how he tracked down two documents that he says had been removed from a Chinese government website. The documents, he said, stated that He’s birth date was January 1 1994 - making her 14 - and not January 1 1992, which is printed in her passport".

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.